Le bourgmestre de Charleroi, Jean-Jacques Viseur (CDH), a décidé de réclamer 2 millions d'euros d'arriérés de loyer au Sporting de Charleroi. Cela faisait un certain temps que la ville avait décidé de casser la convention mise sur pied par l'ancien échevin des Sports de Charleroi, Claude Despiegeleer, et qui permettait au Sporting de jouir du stade aux frais de la princesse. Après avoir cherché un accord à l'amiable, la ville avait décidé de se pourvoir en justice.

Ces derniers temps, le climat était pourtant à l'apaisement. Une délégation d'échevins, dont l'échevine des Sports, Ingrid Colicis, avait même rencontré les dirigeants du Sporting, la semaine dernière, pour leur dire que la ville ne comptait pas leur mettre des bâtons dans les roues suite à leur relégation en D2.

Alors pourquoi cette déclaration du bourgmestre CDH? Sans doute parce que les socialistes avaient décidé de jouer en solitaire dans ce dossier. Si ces derniers avaient opté pour un apaisement qui se serait concrétisé par une prolongation de la convention en cours, c'était dans l'optique des élections communales de 2012. Une remontée immédiate du Sporting en D1, quelques mois avant ces élections, aurait certainement boosté l'équipe au pouvoir, les socialistes en tête.

Stéphane Vande Velde

Le bourgmestre de Charleroi, Jean-Jacques Viseur (CDH), a décidé de réclamer 2 millions d'euros d'arriérés de loyer au Sporting de Charleroi. Cela faisait un certain temps que la ville avait décidé de casser la convention mise sur pied par l'ancien échevin des Sports de Charleroi, Claude Despiegeleer, et qui permettait au Sporting de jouir du stade aux frais de la princesse. Après avoir cherché un accord à l'amiable, la ville avait décidé de se pourvoir en justice. Ces derniers temps, le climat était pourtant à l'apaisement. Une délégation d'échevins, dont l'échevine des Sports, Ingrid Colicis, avait même rencontré les dirigeants du Sporting, la semaine dernière, pour leur dire que la ville ne comptait pas leur mettre des bâtons dans les roues suite à leur relégation en D2. Alors pourquoi cette déclaration du bourgmestre CDH? Sans doute parce que les socialistes avaient décidé de jouer en solitaire dans ce dossier. Si ces derniers avaient opté pour un apaisement qui se serait concrétisé par une prolongation de la convention en cours, c'était dans l'optique des élections communales de 2012. Une remontée immédiate du Sporting en D1, quelques mois avant ces élections, aurait certainement boosté l'équipe au pouvoir, les socialistes en tête. Stéphane Vande Velde