Etait-ce la perspective de retrouver Dick Advocaat et de lui démontrer que la Belgique n'avait rien à envier à cette Russie qui fut pourtant classée 10e mondiale et qui avait recueilli ses faveurs? Etaient-ce les conditions du voyage qui les avaient soudés? Toujours est-il qu'on avait rarement vu des Diables Rouges aussi motivés pour un match amical qu'hier soir, à Voronezh.

Un peu aidés dès le départ par une bourde du gardien russe, ils ont livré une prestation impeccable, avec un Steven Defour au... four et au moulin, un Romelu Lukaku qui a inscrit ses deux premiers buts en sélection, un Eden Hazard auteur de raids dévastateurs qui est aussi revenu défendre jusqu'à son propre point de corner, une défense bien organisée, un gardien qui n'a pas pris de but...

D'habitude, lors des confrontations amicales, les Diables Rouges trainent leur ennui, comme ce fut encore le cas en Finlande au mois d'août. Hier, on avait l'impression qu'ils jouaient une finale de Coupe du Monde. Une telle prestation, dans les conditions dans lesquelles elle a été réalisée (après un voyage dantesque, une nuit presque blanche et des repas sommairement avalés) remet encore en cause tous les principes de "préparation scientifique" désormais en vigueur et rappelle un peu l'exploit des Danois à l'Euro 1992, qu'ils avaient disputés sans stage préparatoire après avoir été rappelés de vacances quelques jours plus tôt...

Daniel Devos

Etait-ce la perspective de retrouver Dick Advocaat et de lui démontrer que la Belgique n'avait rien à envier à cette Russie qui fut pourtant classée 10e mondiale et qui avait recueilli ses faveurs? Etaient-ce les conditions du voyage qui les avaient soudés? Toujours est-il qu'on avait rarement vu des Diables Rouges aussi motivés pour un match amical qu'hier soir, à Voronezh. Un peu aidés dès le départ par une bourde du gardien russe, ils ont livré une prestation impeccable, avec un Steven Defour au... four et au moulin, un Romelu Lukaku qui a inscrit ses deux premiers buts en sélection, un Eden Hazard auteur de raids dévastateurs qui est aussi revenu défendre jusqu'à son propre point de corner, une défense bien organisée, un gardien qui n'a pas pris de but... D'habitude, lors des confrontations amicales, les Diables Rouges trainent leur ennui, comme ce fut encore le cas en Finlande au mois d'août. Hier, on avait l'impression qu'ils jouaient une finale de Coupe du Monde. Une telle prestation, dans les conditions dans lesquelles elle a été réalisée (après un voyage dantesque, une nuit presque blanche et des repas sommairement avalés) remet encore en cause tous les principes de "préparation scientifique" désormais en vigueur et rappelle un peu l'exploit des Danois à l'Euro 1992, qu'ils avaient disputés sans stage préparatoire après avoir été rappelés de vacances quelques jours plus tôt... Daniel Devos