"A première vue je trouve le parcours du Tour 2013 un mélange de divers niveaux de difficultés", a estimé Cadel Evans mercredi à Paris à l'issue de la présentation officielle. "Nous ne resterons pas longtemps dans les Pyrénées, mais la fin est très condensée avec des étapes particulièrement dures dans les Alpes. Je pense que c'est vraiment un belle édition, mais c'est le cas de chaque Tour de France. Évidemment, cette 100e édition a quelque chose de mythique. Rien que le nom déjà. J'espère être en parfaite condition au départ en Corse. Est-ce que je m'attends à la concurrence de mon équipier Tejay Van Garderen? Plus il y a de concurrence, mieux c'est pour moi. Cela me stimule à faire encore mieux. Mais Van Garderen n'est pas le seul favori pour la victoire finale. N'oubliez pas Alberto Contador et Christopher Froome. Mais je ne peux pas nier que ce parcours me plaît beaucoup." (JEFF PACHOUD)

"A première vue je trouve le parcours du Tour 2013 un mélange de divers niveaux de difficultés", a estimé Cadel Evans mercredi à Paris à l'issue de la présentation officielle. "Nous ne resterons pas longtemps dans les Pyrénées, mais la fin est très condensée avec des étapes particulièrement dures dans les Alpes. Je pense que c'est vraiment un belle édition, mais c'est le cas de chaque Tour de France. Évidemment, cette 100e édition a quelque chose de mythique. Rien que le nom déjà. J'espère être en parfaite condition au départ en Corse. Est-ce que je m'attends à la concurrence de mon équipier Tejay Van Garderen? Plus il y a de concurrence, mieux c'est pour moi. Cela me stimule à faire encore mieux. Mais Van Garderen n'est pas le seul favori pour la victoire finale. N'oubliez pas Alberto Contador et Christopher Froome. Mais je ne peux pas nier que ce parcours me plaît beaucoup." (JEFF PACHOUD)