Entre Adrie Koster et Christoph Daum, c'est vraiment le jour et la nuit. Là où le Néerlandais préconisait l'offensive à outrance, l'Allemand a focalisé ses premiers efforts sur la consolidation de la défense. Cela s'est vu lors des matches de championnat : deux victoires par 1-0, sans spectacle mais qui valent six points sur six, contre le Cercle et au Lierse.

Là où Koster avait pris la fâcheuse habitude de se faire rejoindre alors qu'il croyait avoir la partie gagnée, Daum a gagné un match qu'il croyait perdu. Ce fut le cas, hier à Maribor, où mené 3-0, le Club s'est finalement imposé 3-4.

Koster, lui, avait chuté parce qu'il a perdu un match contre Genk, 4-5, alors qu'il menait 4-2.

Daniel Devos, Sport/Foot Magazine

Entre Adrie Koster et Christoph Daum, c'est vraiment le jour et la nuit. Là où le Néerlandais préconisait l'offensive à outrance, l'Allemand a focalisé ses premiers efforts sur la consolidation de la défense. Cela s'est vu lors des matches de championnat : deux victoires par 1-0, sans spectacle mais qui valent six points sur six, contre le Cercle et au Lierse. Là où Koster avait pris la fâcheuse habitude de se faire rejoindre alors qu'il croyait avoir la partie gagnée, Daum a gagné un match qu'il croyait perdu. Ce fut le cas, hier à Maribor, où mené 3-0, le Club s'est finalement imposé 3-4. Koster, lui, avait chuté parce qu'il a perdu un match contre Genk, 4-5, alors qu'il menait 4-2. Daniel Devos, Sport/Foot Magazine