Celui-ci compte en effet neuf titres de champion du monde de la catégorie, 30 combats (28 victoires dont 21 par KO, 2 nuls). Un rude morceau pour le Liégeois qui s'attaque donc à une catégorie supérieure à celle des coqs (-53,525 kg) où il évolue habituellement. Depuis sa défaite (KO au 9e) le 23 avril à Osaka au Japon face à Shinsuke Yamanaka, pour la ceinture mondiale WBC des coqs, Jamoye qui n'a plus boxé que le 7 juin à Esneux. Il a battu en seul coup de poing, dès le 1er round, le modeste Richard Voros (6 victoires, 20 défaites). Il ne part évidemment pas favori car il faut avouer que ce combat ne faisait pas partie de ses projets. On devait en principe revoir Jamoye en novembre à La Préalle mais l'opportunité (financière avant tout) s'est présentée et il a donc relevé le défi. A ce jour, Stephane Jamoye compte 31 combats (26 victoires dont 16 par KO et 5 défaites, 2 par KO). (Belga)

Celui-ci compte en effet neuf titres de champion du monde de la catégorie, 30 combats (28 victoires dont 21 par KO, 2 nuls). Un rude morceau pour le Liégeois qui s'attaque donc à une catégorie supérieure à celle des coqs (-53,525 kg) où il évolue habituellement. Depuis sa défaite (KO au 9e) le 23 avril à Osaka au Japon face à Shinsuke Yamanaka, pour la ceinture mondiale WBC des coqs, Jamoye qui n'a plus boxé que le 7 juin à Esneux. Il a battu en seul coup de poing, dès le 1er round, le modeste Richard Voros (6 victoires, 20 défaites). Il ne part évidemment pas favori car il faut avouer que ce combat ne faisait pas partie de ses projets. On devait en principe revoir Jamoye en novembre à La Préalle mais l'opportunité (financière avant tout) s'est présentée et il a donc relevé le défi. A ce jour, Stephane Jamoye compte 31 combats (26 victoires dont 16 par KO et 5 défaites, 2 par KO). (Belga)