"La suspension à vie est une option, mais il en existe d'autres", a ainsi confié Robert Smith, le secrétaire général de la Commission de contrôle de la boxe britannique au micro de la BBC Radio 5. "Le Board peut également mettre les boxeurs à l'amende, ou les suspendre pour une durée déterminée..."

Chisora, challenger enthousiaste mais finalement impuissant de Klitschko, avait eu une violente altercation avec son compatriote et ancien boxeur David Haye lors de la conférence de presse qui a suivi le combat.

Chisora a qualifié son compatriote de "honte" pour "avoir mis en péril l'avenir de la jeune génération" par ses agissements passés, Haye le traitant de "perdant" pour ses échecs répétés sur le ring.

Les deux hommes en sont alors venus aux poings jusqu'au départ de Haye de la salle de conférence, sous le regard ébahi de l'aîné des Klitschko et de son frère Vladimir, tenant des titres WBA-IBF-WBO.


Chisora avait déjà justifié son surnom de "Bad Boy" en giflant le géant ukrainien lors de la pesée à la veille du combat puis en crachant de l'eau au visage de Vladimir sur le ring avant la confrontation.

Une page noire pour la boxe anglaise

Chisora a été arrêté et entendu par la police munichoise qui l'a relaché. Celle-ci souhaite également entendre Haye. Mais il est semble-t-il déjà reparti en Grande-Bretagne.

"On enquête sur le comportament de Chisora avant, pendant et après le championnat du monde", a précisé la fédération britannique de boxe dans un communiqué. L'article 25 de notre code disciplinaire relatif à la mauvaise conduite des boxeurs permet de prendre des sanctions. Mais pas contre Haye, qui n'est plus affilié..."

Robert Smith s'est dit extrêmement déçu des débordements inadmissibles des deux Britanniques. "Ils viennent d'écrire une des pages les plus noire de l'histoire de la boxe anglaise", a-t-il déploré. "Je vais consulter la fédération allemande et la police de Munich avant de prendre les mesures qui s'imposent..."

Chisora devra de toute façon comparaître devant la commission de discipline. Celle-ci pourrait également décider de refuser une licence à Haye lorsqu'il la demandera.


Sportfootmagazine.be, avec Belga

"La suspension à vie est une option, mais il en existe d'autres", a ainsi confié Robert Smith, le secrétaire général de la Commission de contrôle de la boxe britannique au micro de la BBC Radio 5. "Le Board peut également mettre les boxeurs à l'amende, ou les suspendre pour une durée déterminée..." Chisora, challenger enthousiaste mais finalement impuissant de Klitschko, avait eu une violente altercation avec son compatriote et ancien boxeur David Haye lors de la conférence de presse qui a suivi le combat. Chisora a qualifié son compatriote de "honte" pour "avoir mis en péril l'avenir de la jeune génération" par ses agissements passés, Haye le traitant de "perdant" pour ses échecs répétés sur le ring. Les deux hommes en sont alors venus aux poings jusqu'au départ de Haye de la salle de conférence, sous le regard ébahi de l'aîné des Klitschko et de son frère Vladimir, tenant des titres WBA-IBF-WBO. Chisora avait déjà justifié son surnom de "Bad Boy" en giflant le géant ukrainien lors de la pesée à la veille du combat puis en crachant de l'eau au visage de Vladimir sur le ring avant la confrontation. Une page noire pour la boxe anglaise Chisora a été arrêté et entendu par la police munichoise qui l'a relaché. Celle-ci souhaite également entendre Haye. Mais il est semble-t-il déjà reparti en Grande-Bretagne. "On enquête sur le comportament de Chisora avant, pendant et après le championnat du monde", a précisé la fédération britannique de boxe dans un communiqué. L'article 25 de notre code disciplinaire relatif à la mauvaise conduite des boxeurs permet de prendre des sanctions. Mais pas contre Haye, qui n'est plus affilié..." Robert Smith s'est dit extrêmement déçu des débordements inadmissibles des deux Britanniques. "Ils viennent d'écrire une des pages les plus noire de l'histoire de la boxe anglaise", a-t-il déploré. "Je vais consulter la fédération allemande et la police de Munich avant de prendre les mesures qui s'imposent..." Chisora devra de toute façon comparaître devant la commission de discipline. Celle-ci pourrait également décider de refuser une licence à Haye lorsqu'il la demandera. Sportfootmagazine.be, avec Belga