Toute la Belgique est au courant de la thèse d'Eupen : le Lierse, son concurrent direct, avait placé sur le banc un joueur qui n'était pas qualifié, le 15 février dernier, lors du match l'opposant à Malines. Le club des cantons de l'Est aurait été mis au courant par un coup de téléphone anonyme le lendemain du week-end qui a vu Malines galvauder sa place dans les PO1 contre le Germinal Beerschot... alors qu'Eupen réalisait un match nul contre Anderlecht. Un homme parlant allemand avec un accent flamand prononcé (!) aurait informé le manager d'Eupen, Manfred Theissen. Celui-ci s'est tourné vers l'UB mais le comité sportif a rejeté la plainte la semaine dernière et Eupen s'est pourvu en appel... tout en obtenant raison sur le plan judiciaire en référé.


Dans toute cette affaire, la réserve de Malines, le club qui aurait pu être le grand vainqueur si Eupen avait obtenu gain de cause, est interpellante. Les trois points du match à Lierre auraient permis à Malines de prendre la place du Standard en PO1. Or, malgré l'importance des intérêts financiers en jeu, Malines ne s'est pas joint à la plainte. Une rumeur tenace veut que le Lierse ait mis Malines au courant de sa bourde et lui ait versé de l'argent pour encourager son silence.


Cette rumeur n'amuse pas le président de Malines, Johan Timmermans. "J'ai été consterné en apprenant ça. Ce bruit a été lancé par la presse francophone et je démens fermement tout acte de corruption. Il faut un fameux culot pour oser imaginer ça. Je dirige un cabinet d'avocats et je ne puis vraiment pas me permettre de me lancer dans de telles aventures. Le lendemain de chaque match, nous contrôlons la feuille de match. C'est systématique. Après le Lierse, nos clignotants se sont mis en marche. Un examen plus approfondi nous a révélé que le joueur avait demandé sa licence le jour du match mais qu'il était affilié au Lierse depuis 2009. Nous avons vérifié cette information à la lumière de tous les règlements fédéraux et il est apparu que rien n'y contrevenait. Nous n'avons donc pas entrepris d'autre démarche. Dans le cas contraire, soyez assuré que nous aurions déposé plainte. Mais je ne me tourne pas vers la fédération pour une demi-plainte."


Timmermans affirme n'avoir pas connaissance du coup de fil anonyme à Eupen. "La question est : qui a mis Eupen au courant ? Certainement aucun membre de la direction de Malines. Quant à moi, lors de la dernière journée, après notre match contre Eupen, je n'ai pas vu Monsieur Theissen plus de cinq minutes et nous n'avons pas parlé de ce joueur. Pour nous, de toute façon, le chapitre était clos. Nous n'avons même plus eu le moindre contact avec le Lierse. Celui-ci n'a jamais su que nous avions enquêtéà propos du statut de son joueur réserve."

JAN HAUSPIE

Toute la Belgique est au courant de la thèse d'Eupen : le Lierse, son concurrent direct, avait placé sur le banc un joueur qui n'était pas qualifié, le 15 février dernier, lors du match l'opposant à Malines. Le club des cantons de l'Est aurait été mis au courant par un coup de téléphone anonyme le lendemain du week-end qui a vu Malines galvauder sa place dans les PO1 contre le Germinal Beerschot... alors qu'Eupen réalisait un match nul contre Anderlecht. Un homme parlant allemand avec un accent flamand prononcé (!) aurait informé le manager d'Eupen, Manfred Theissen. Celui-ci s'est tourné vers l'UB mais le comité sportif a rejeté la plainte la semaine dernière et Eupen s'est pourvu en appel... tout en obtenant raison sur le plan judiciaire en référé. Dans toute cette affaire, la réserve de Malines, le club qui aurait pu être le grand vainqueur si Eupen avait obtenu gain de cause, est interpellante. Les trois points du match à Lierre auraient permis à Malines de prendre la place du Standard en PO1. Or, malgré l'importance des intérêts financiers en jeu, Malines ne s'est pas joint à la plainte. Une rumeur tenace veut que le Lierse ait mis Malines au courant de sa bourde et lui ait versé de l'argent pour encourager son silence. Cette rumeur n'amuse pas le président de Malines, Johan Timmermans. "J'ai été consterné en apprenant ça. Ce bruit a été lancé par la presse francophone et je démens fermement tout acte de corruption. Il faut un fameux culot pour oser imaginer ça. Je dirige un cabinet d'avocats et je ne puis vraiment pas me permettre de me lancer dans de telles aventures. Le lendemain de chaque match, nous contrôlons la feuille de match. C'est systématique. Après le Lierse, nos clignotants se sont mis en marche. Un examen plus approfondi nous a révélé que le joueur avait demandé sa licence le jour du match mais qu'il était affilié au Lierse depuis 2009. Nous avons vérifié cette information à la lumière de tous les règlements fédéraux et il est apparu que rien n'y contrevenait. Nous n'avons donc pas entrepris d'autre démarche. Dans le cas contraire, soyez assuré que nous aurions déposé plainte. Mais je ne me tourne pas vers la fédération pour une demi-plainte." Timmermans affirme n'avoir pas connaissance du coup de fil anonyme à Eupen. "La question est : qui a mis Eupen au courant ? Certainement aucun membre de la direction de Malines. Quant à moi, lors de la dernière journée, après notre match contre Eupen, je n'ai pas vu Monsieur Theissen plus de cinq minutes et nous n'avons pas parlé de ce joueur. Pour nous, de toute façon, le chapitre était clos. Nous n'avons même plus eu le moindre contact avec le Lierse. Celui-ci n'a jamais su que nous avions enquêtéà propos du statut de son joueur réserve." JAN HAUSPIE