Les critiques et les sifflets du public à l'encontre d'Olivier Deschacht, qui avait repris son brassard de capitaine après l'intérim Lucas Biglia, ont poussé la direction d'Anderlecht à prendre une décision : rendre le brassard à son Principito. Elle devrait être annoncée aujourd'hui et confirmée demain soir sur le terrain du Lokomotiv Moscou.

L'Argentin, chouchou du public (comme en témoigne la banderole déployée le week-end dernier : "Lucas Biglia est notre seul véritable capitaine"), va récupérer le morceau d'étoffe autour du bras.

Hier, avant de décoller pour la Russie, le président Roger Vanden Stock a dit : "Vous verrez ce mercredi qui sera capitaine. Je comprends que Deschacht ait récupéré le brassard après s'être excusé pour ses propos malheureux, mais maintenant, on doit prendre une décision." Il a ajouté : "Il n'est pas question d'un départ de Deschacht. Mais il mérite d'avoir plus de crédit."

Le manager Herman Van Holsbeeck a confirmé : "On ne laisse pas tomber Deschacht. Je sais ce que c'est d'être sifflé par le public, j'ai vécu la même chose. C'est une bonne leçon pour lui." L'homme aux plus de 300 matches avec les Mauves reste donc dans les grâces de la direction mais il ne sera plus le patron sur le terrain.

Et pour revenir dans les grâces des supporters, il a encore du boulot.

Pour autant qu'il ait un jour été vraiment apprécié par le public qui lui a toujours reproché son statut de fils de riche et son comportement parfois hautain. Sans parler de sa valeur sportive, qu'on a toujours mise en doute.

Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine

Les critiques et les sifflets du public à l'encontre d'Olivier Deschacht, qui avait repris son brassard de capitaine après l'intérim Lucas Biglia, ont poussé la direction d'Anderlecht à prendre une décision : rendre le brassard à son Principito. Elle devrait être annoncée aujourd'hui et confirmée demain soir sur le terrain du Lokomotiv Moscou. L'Argentin, chouchou du public (comme en témoigne la banderole déployée le week-end dernier : "Lucas Biglia est notre seul véritable capitaine"), va récupérer le morceau d'étoffe autour du bras. Hier, avant de décoller pour la Russie, le président Roger Vanden Stock a dit : "Vous verrez ce mercredi qui sera capitaine. Je comprends que Deschacht ait récupéré le brassard après s'être excusé pour ses propos malheureux, mais maintenant, on doit prendre une décision." Il a ajouté : "Il n'est pas question d'un départ de Deschacht. Mais il mérite d'avoir plus de crédit." Le manager Herman Van Holsbeeck a confirmé : "On ne laisse pas tomber Deschacht. Je sais ce que c'est d'être sifflé par le public, j'ai vécu la même chose. C'est une bonne leçon pour lui." L'homme aux plus de 300 matches avec les Mauves reste donc dans les grâces de la direction mais il ne sera plus le patron sur le terrain. Et pour revenir dans les grâces des supporters, il a encore du boulot. Pour autant qu'il ait un jour été vraiment apprécié par le public qui lui a toujours reproché son statut de fils de riche et son comportement parfois hautain. Sans parler de sa valeur sportive, qu'on a toujours mise en doute. Pierre Danvoye, Sport/Foot Magazine