Lucas Biglia pourrait bien être sur le terrain avec Anderlecht dès ce samedi à Lokeren. Cela aurait semblé impensable au début du mois, quand le joueur avait brossé le stage en Turquie et signalé après plusieurs jours de silence qu'il souffrait de migraines. Le club avait envoyé un médecin pour constater ses maux. Tout indiquait alors qu'on allait vers le gros clash.

Mais entre-temps, tout le monde s'est un peu calmé. Biglia, qui a compris qu'aucune équipe ne débourserait 8 millions (près de 11 millions avec les commissions aux agents : c'est sidérant !), est rentré à Bruxelles au début de cette semaine et s'est réentraîné pour la première fois hier. Il a déjà reçu le pardon de Roger Vanden Stock qui, peut-être porté par l'euphorie de la victoire éclatante de Dieumerci Mbokani au Soulier d'Or, a lâché lors de cette soirée que l'incident était clos pour lui. Le manager Herman Van Holsbeeck n'a pas été plus mordant. Même son de cloche du côté de John van den Brom qui fait savoir que Biglia pourrait jouer dès ce week-end si son état physique est satisfaisant. Et les coéquipiers de Biglia ont eux aussi déjà oublié: hier, ils l'ont porté en triomphe comme ils le font quand un nouveau joueur débarque.

Tout indique donc que Lucas Biglia va vite rejouer. Peut-être ce week-end, peut-être mercredi en Coupe de Belgique contre Genk, peut-être le week-end prochain face au Standard. Rien de plus logique, finalement. Ce joueur est la plaque tournante de l'équipe depuis le début de la saison. L'entraîneur et la direction le savent. A quoi bon se priver volontairement d'un pion indispensable ? Et quel serait l'intérêt de le laisser moisir un moment en équipe réserve ? A son retour, sa place aurait peut-être été prise par un autre joueur. Et la valeur de Biglia sur le marché des transferts serait encore moins élevée qu'aujourd'hui. Or, c'est clair qu'il faudra le vendre l'été prochain parce qu'il ne s'imagine plus à Anderlecht pour une saison supplémentaire. Alors, autant préparer une bonne vente dès maintenant.

Par Pierre Danvoye

Lucas Biglia pourrait bien être sur le terrain avec Anderlecht dès ce samedi à Lokeren. Cela aurait semblé impensable au début du mois, quand le joueur avait brossé le stage en Turquie et signalé après plusieurs jours de silence qu'il souffrait de migraines. Le club avait envoyé un médecin pour constater ses maux. Tout indiquait alors qu'on allait vers le gros clash. Mais entre-temps, tout le monde s'est un peu calmé. Biglia, qui a compris qu'aucune équipe ne débourserait 8 millions (près de 11 millions avec les commissions aux agents : c'est sidérant !), est rentré à Bruxelles au début de cette semaine et s'est réentraîné pour la première fois hier. Il a déjà reçu le pardon de Roger Vanden Stock qui, peut-être porté par l'euphorie de la victoire éclatante de Dieumerci Mbokani au Soulier d'Or, a lâché lors de cette soirée que l'incident était clos pour lui. Le manager Herman Van Holsbeeck n'a pas été plus mordant. Même son de cloche du côté de John van den Brom qui fait savoir que Biglia pourrait jouer dès ce week-end si son état physique est satisfaisant. Et les coéquipiers de Biglia ont eux aussi déjà oublié: hier, ils l'ont porté en triomphe comme ils le font quand un nouveau joueur débarque. Tout indique donc que Lucas Biglia va vite rejouer. Peut-être ce week-end, peut-être mercredi en Coupe de Belgique contre Genk, peut-être le week-end prochain face au Standard. Rien de plus logique, finalement. Ce joueur est la plaque tournante de l'équipe depuis le début de la saison. L'entraîneur et la direction le savent. A quoi bon se priver volontairement d'un pion indispensable ? Et quel serait l'intérêt de le laisser moisir un moment en équipe réserve ? A son retour, sa place aurait peut-être été prise par un autre joueur. Et la valeur de Biglia sur le marché des transferts serait encore moins élevée qu'aujourd'hui. Or, c'est clair qu'il faudra le vendre l'été prochain parce qu'il ne s'imagine plus à Anderlecht pour une saison supplémentaire. Alors, autant préparer une bonne vente dès maintenant. Par Pierre Danvoye