Que signifie Belgrano ? C'est un ancien général de l'armée argentine, dont le nom figure sur bon nombre de rues au pays des gauchos. C'est aussi le nom d'un des quatre clubs de Cordoba, la deuxième ville d'Argentine située à 800 kilomètres au nord de Buenos Aires, au pied des montagnes.

Sur ces quatre clubs, deux évoluaient en D2 et deux autres en D3. Jusqu'en juin 2011, lorsque Belgrano provoqua un tremblement de terre en émergeant des play-offs et en contraignant à la relégation le puissant River Plate.

C'est aussi l'un des plus beaux centres de formation d'Argentine. Situées à la périphérie de la ville, les installations n'ont rien à envier à l'Académie Robert Louis-Dreyfus ou, pour ne vexer personne à Anderlecht, au nouveau Neerpede.

C'est là que Matias Suarez a été formé. Un garçon dont l'enfance n'a pas été facile. Il a perdu son père à 15 ans et a trouvé sa voie en défiant ses copains sur le terrain de football qui jouxte la demeure familiale.

Le président Pérez a voulu une collaboration avec un club européen pour continuer à développer son centre de formation et faciliter le passage des plus grands talents vers le Vieux Continent. Le Soulier d'Or de Mati va encore donner plus d'éclat au centre de formation de Belgrano. Là-bas, à Cordoba, ils ont sans doute sabré le champagne également.

Daniel Devos, Sport/Foot Magazine

Que signifie Belgrano ? C'est un ancien général de l'armée argentine, dont le nom figure sur bon nombre de rues au pays des gauchos. C'est aussi le nom d'un des quatre clubs de Cordoba, la deuxième ville d'Argentine située à 800 kilomètres au nord de Buenos Aires, au pied des montagnes. Sur ces quatre clubs, deux évoluaient en D2 et deux autres en D3. Jusqu'en juin 2011, lorsque Belgrano provoqua un tremblement de terre en émergeant des play-offs et en contraignant à la relégation le puissant River Plate. C'est aussi l'un des plus beaux centres de formation d'Argentine. Situées à la périphérie de la ville, les installations n'ont rien à envier à l'Académie Robert Louis-Dreyfus ou, pour ne vexer personne à Anderlecht, au nouveau Neerpede. C'est là que Matias Suarez a été formé. Un garçon dont l'enfance n'a pas été facile. Il a perdu son père à 15 ans et a trouvé sa voie en défiant ses copains sur le terrain de football qui jouxte la demeure familiale. Le président Pérez a voulu une collaboration avec un club européen pour continuer à développer son centre de formation et faciliter le passage des plus grands talents vers le Vieux Continent. Le Soulier d'Or de Mati va encore donner plus d'éclat au centre de formation de Belgrano. Là-bas, à Cordoba, ils ont sans doute sabré le champagne également. Daniel Devos, Sport/Foot Magazine