Quatre défaites et aucune victoire lors des cinq dernières confrontations avec la Finlande. Les Scandinaves ne réussissent particulièrement pas aux Belges. Si la défaite 1-0 encourue à Turku en août dernier est encore fraîche dans les mémoires, qui se souvient du 3-4 concédé à Bruges en 1999 ? Georges Leekens s'en rappelle à coup sûr. C'est en effet ce match qui provoqua son limogeage lors de son premier passage en tant que sélectionneur national belge de 1997 à 1999.

Quelques forfaits à déplorer Pour ce soir, l'entraîneur des Diables comptait à peu de choses près aligner l'équipe qui avait battu la Russie (0-2) à Voronezh en novembre dernier mais plusieurs forfaits sont venus contrecarrer ses plans. Le plus ennuyeux concerne Marouane Fellaini, pion majeur de l'équipe belge. Le joueur d'Everton est touché à l'aine. Rien de sérieux mais Leekens ne veut pas prendre de risque. Même cas de figure pour Dembélé qui ne sera pas aligné non plus. Enfin Defour, qui avait livré une belle prestation en Russie, est toujours sur la touche. Pour faire face à ces défections, Dries Mertens et Yassine El Ghanassy ont été rappelés par le sélectionneur.

Proto dans les cages Le dernier changement concerne le poste de gardien. C'est Silvio Proto, en grande forme avec Anderlecht, qui disputera l'intégralité de la rencontre. Simon Mignolet prendra place sur le banc et ne devrait pas encore pouvoir fêter sa première sélection.

La défense sera normalement composée du Standardman Laurent Ciman et de Jan Vertonghen (Ajax) sur les flancs. Vincent Kompany (Manchester City) et Daniel Van Buyten (Bayern Munich), qui a reparlé à la presse, occuperont l'axe défensif. Le vétéran Timmy Simons, en pleine bourre avec Nuremberg, occupera le poste le plus reculé de l'entrejeu tandis que Guillaume Gillet (Anderlecht) et Axel Witsel (Standard) remplaceront Defour et Fellaini.

Le néo-diable Nacer Chadli (FC Twente) devrait être titularisé sur le flanc gauche et Eden Hazard (Lille) occupera le droit. Enfin, Romelu Lukakau sera chargé de faire trembler les filets à la pointe de l'attaque.

La Finlande sans plusieurs cadres Côté finlandais, le sélectionneur Keurulainen va profiter de cette rencontre amicale pour faire tourner son noyau et offrir leur chance aux jeunes. Il a décidé de se passer d'une série de cadres évoluant à l'étranger comme Pasanen (Werder Brême), Hyypiä (Leverkusen) ou Tainio (Ajax). Le danger devrait principalement venir de Mikael Forssell, l'attaquant d'Hanovre.

A noter également, la probable titularisation de Roni Proroka, récemment transféré au Germinal Beerschot.

Stade comble La rencontre se disputera devant une belle assistance puisque les 13.000 places du stade Jules Otten ont trouvé acquéreur. Un stade qui porte chance aux Belges. Les deux seules visites des Diables Rouges à Gand se sont soldées par le même score : 3-0, face à Andorre en 2003 et contre la Hongrie en 2009. Pourvu que ça dure...

Jules Monnier (stg)

Quatre défaites et aucune victoire lors des cinq dernières confrontations avec la Finlande. Les Scandinaves ne réussissent particulièrement pas aux Belges. Si la défaite 1-0 encourue à Turku en août dernier est encore fraîche dans les mémoires, qui se souvient du 3-4 concédé à Bruges en 1999 ? Georges Leekens s'en rappelle à coup sûr. C'est en effet ce match qui provoqua son limogeage lors de son premier passage en tant que sélectionneur national belge de 1997 à 1999. Quelques forfaits à déplorer Pour ce soir, l'entraîneur des Diables comptait à peu de choses près aligner l'équipe qui avait battu la Russie (0-2) à Voronezh en novembre dernier mais plusieurs forfaits sont venus contrecarrer ses plans. Le plus ennuyeux concerne Marouane Fellaini, pion majeur de l'équipe belge. Le joueur d'Everton est touché à l'aine. Rien de sérieux mais Leekens ne veut pas prendre de risque. Même cas de figure pour Dembélé qui ne sera pas aligné non plus. Enfin Defour, qui avait livré une belle prestation en Russie, est toujours sur la touche. Pour faire face à ces défections, Dries Mertens et Yassine El Ghanassy ont été rappelés par le sélectionneur. Proto dans les cages Le dernier changement concerne le poste de gardien. C'est Silvio Proto, en grande forme avec Anderlecht, qui disputera l'intégralité de la rencontre. Simon Mignolet prendra place sur le banc et ne devrait pas encore pouvoir fêter sa première sélection. La défense sera normalement composée du Standardman Laurent Ciman et de Jan Vertonghen (Ajax) sur les flancs. Vincent Kompany (Manchester City) et Daniel Van Buyten (Bayern Munich), qui a reparlé à la presse, occuperont l'axe défensif. Le vétéran Timmy Simons, en pleine bourre avec Nuremberg, occupera le poste le plus reculé de l'entrejeu tandis que Guillaume Gillet (Anderlecht) et Axel Witsel (Standard) remplaceront Defour et Fellaini. Le néo-diable Nacer Chadli (FC Twente) devrait être titularisé sur le flanc gauche et Eden Hazard (Lille) occupera le droit. Enfin, Romelu Lukakau sera chargé de faire trembler les filets à la pointe de l'attaque. La Finlande sans plusieurs cadres Côté finlandais, le sélectionneur Keurulainen va profiter de cette rencontre amicale pour faire tourner son noyau et offrir leur chance aux jeunes. Il a décidé de se passer d'une série de cadres évoluant à l'étranger comme Pasanen (Werder Brême), Hyypiä (Leverkusen) ou Tainio (Ajax). Le danger devrait principalement venir de Mikael Forssell, l'attaquant d'Hanovre. A noter également, la probable titularisation de Roni Proroka, récemment transféré au Germinal Beerschot. Stade comble La rencontre se disputera devant une belle assistance puisque les 13.000 places du stade Jules Otten ont trouvé acquéreur. Un stade qui porte chance aux Belges. Les deux seules visites des Diables Rouges à Gand se sont soldées par le même score : 3-0, face à Andorre en 2003 et contre la Hongrie en 2009. Pourvu que ça dure... Jules Monnier (stg)