Impossible de dire avec quel maillot Michy Batshuayi jouera les play-offs. En rouge ou en mauve ? Ou sera-t-il carrément à l'étranger à ce moment-là ? S'il continue à empiler les buts, on peut garantir qu'il ne sera plus au Standard la saison prochaine. On le voit en Angleterre où son agent, Christophe Henrotay, a de bonnes entrées.

Depuis quelques jours, on parle d'un départ dès ce mois de janvier. Henrotay ne fait pas de foin, le joueur non plus. C'est du côté de la direction liégeoise qu'on s'agite. En publiant un communiqué qui attaque l'agent (accessoirement fils de l'ancien directeur du Standard, Roger Henrotay), Duchâtelet veut montrer que son club est l'actuel numéro 1 en Belgique.

A Liège, on répète que Batshuayi ne progresserait pas dans sa carrière s'il retournait à Anderlecht, où il a fait une petite partie de sa formation. Ce n'est pas la première fois que Roland Duchâtelet tient ce discours. Il avait déjà parlé comme ça durant l'été, quand Anderlecht s'intéressait à l'un ou l'autre de ses joueurs. Et ce week-end, c'est Guy Luzon qui s'est mis sur le coup, en attaquant aussi de front l'agent et Anderlecht.

Mais quoi qu'il pense et quoi qu'il dise, le président du Standard n'a pas tout à fait les cartes en mains. Une clause du contrat de Batshuayi stipule qu'il peut partir si un club dépose 8 millions. Une somme qu'un club comme Anderlecht ne débourserait pas, mais pour une équipe anglaise, ce ne serait pas un souci. On cite un transfert à Everton, avec un prêt pour la deuxième partie de cette saison à Anderlecht. En Angleterre et en Belgique, Everton et Anderlecht sont les clubs où Christophe Henrotay est le mieux introduit. On a même l'impression que tout ce qu'il dit à Everton est considéré comme l'Evangile : il y avait amené autrefois Marouane Fellaini, ensuite Kevin Mirallas et Romelu Lukaku. Rien que des transferts en or.

Pierre Danvoye

Impossible de dire avec quel maillot Michy Batshuayi jouera les play-offs. En rouge ou en mauve ? Ou sera-t-il carrément à l'étranger à ce moment-là ? S'il continue à empiler les buts, on peut garantir qu'il ne sera plus au Standard la saison prochaine. On le voit en Angleterre où son agent, Christophe Henrotay, a de bonnes entrées. Depuis quelques jours, on parle d'un départ dès ce mois de janvier. Henrotay ne fait pas de foin, le joueur non plus. C'est du côté de la direction liégeoise qu'on s'agite. En publiant un communiqué qui attaque l'agent (accessoirement fils de l'ancien directeur du Standard, Roger Henrotay), Duchâtelet veut montrer que son club est l'actuel numéro 1 en Belgique. A Liège, on répète que Batshuayi ne progresserait pas dans sa carrière s'il retournait à Anderlecht, où il a fait une petite partie de sa formation. Ce n'est pas la première fois que Roland Duchâtelet tient ce discours. Il avait déjà parlé comme ça durant l'été, quand Anderlecht s'intéressait à l'un ou l'autre de ses joueurs. Et ce week-end, c'est Guy Luzon qui s'est mis sur le coup, en attaquant aussi de front l'agent et Anderlecht. Mais quoi qu'il pense et quoi qu'il dise, le président du Standard n'a pas tout à fait les cartes en mains. Une clause du contrat de Batshuayi stipule qu'il peut partir si un club dépose 8 millions. Une somme qu'un club comme Anderlecht ne débourserait pas, mais pour une équipe anglaise, ce ne serait pas un souci. On cite un transfert à Everton, avec un prêt pour la deuxième partie de cette saison à Anderlecht. En Angleterre et en Belgique, Everton et Anderlecht sont les clubs où Christophe Henrotay est le mieux introduit. On a même l'impression que tout ce qu'il dit à Everton est considéré comme l'Evangile : il y avait amené autrefois Marouane Fellaini, ensuite Kevin Mirallas et Romelu Lukaku. Rien que des transferts en or. Pierre Danvoye