"Les joueurs sentent qu'ils ne sont pas prêts à accepter un quelconque ultimatum", a déclaré le président du syndicat Billy Hunter, s'insurgeant contre une offre "extrêmement injuste".

Le conflit porte principalement sur les modalités de plafonnement de la masse salariale des clubs (salary cap) et le partage des quelque quatre milliards de dollars de revenus annuels de la NBA.

Le lock-out a empêché le début de la saison programmée le 1er novembre et l'annulation du premier mois de compétition.

C'est la deuxième fois dans l'histoire de la NBA qu'un conflit du travail empêche la tenue d'une saison pleine. En 1998-1999, la saison régulière avait été réduite à 50 matches par équipe et n'avait commencé qu'en février 1999, après 204 jours de lock-out.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Les joueurs sentent qu'ils ne sont pas prêts à accepter un quelconque ultimatum", a déclaré le président du syndicat Billy Hunter, s'insurgeant contre une offre "extrêmement injuste". Le conflit porte principalement sur les modalités de plafonnement de la masse salariale des clubs (salary cap) et le partage des quelque quatre milliards de dollars de revenus annuels de la NBA. Le lock-out a empêché le début de la saison programmée le 1er novembre et l'annulation du premier mois de compétition. C'est la deuxième fois dans l'histoire de la NBA qu'un conflit du travail empêche la tenue d'une saison pleine. En 1998-1999, la saison régulière avait été réduite à 50 matches par équipe et n'avait commencé qu'en février 1999, après 204 jours de lock-out. Sportfootmagazine.be, avec Belga