L'aventure européenne est terminée pour Charleroi. Les Spirous, qui s'étaient hissés en Euroleague en s'extirpant des trois tours préliminaires, devaient signer deux exploits pour espérer rejoindre le Top 16: battre l'Olympiacos lundi au Spiroudôme et le Real Madrid la semaine prochaine, en Espagne. Charleroi a été battu 67-80 par l'Olympiacos, une défaite qui ne laisse aucune chance de qualification aux Carolos.

"Nous sommes fâchés et déçus. Fâchés car nous n'avons pas le sentiment d'avoir joué le meilleur match. Et déçus car la campagne se termine", a déclaré Giovanni Bozzi, le coach des Spirous, au micro de BeTV. "Mais il y a trois mois, à la mi-septembre, personne ne croyait en ce projet, si ce n'est les joueurs. Au fur et à mesure, nous avons placé la barre de plus en plus haut. Tellement haut qu'on trouvait presque normal de jouer, et de battre l'Olympiacos. C'est pour moi la plus grosse satisfaction de cette Euroleague".

C'est donc pour l'honneur que Charleroi se rendra à Madrid pour y défier le Real le 23 décembre. "Il y a un risque de décompression, mais j'espère que non. C'est sûr qu'on va tomber sur un Real super motivé. Ils n'ont pas oublié le match aller. A nous de montrer que nous sommes encore là", a ajouté Bozzi.

Après quatre défaites d'affilée, Charleroi avait signé sa première victoire en Euroligue contre le Real Madrid, le 17 novembre. Le bilan des Spirous, qui ont aussi battu Malaga et Bamberg, est désormais de six défaites et trois victoires.

Sportmagazine.be, avec Belga

L'aventure européenne est terminée pour Charleroi. Les Spirous, qui s'étaient hissés en Euroleague en s'extirpant des trois tours préliminaires, devaient signer deux exploits pour espérer rejoindre le Top 16: battre l'Olympiacos lundi au Spiroudôme et le Real Madrid la semaine prochaine, en Espagne. Charleroi a été battu 67-80 par l'Olympiacos, une défaite qui ne laisse aucune chance de qualification aux Carolos. "Nous sommes fâchés et déçus. Fâchés car nous n'avons pas le sentiment d'avoir joué le meilleur match. Et déçus car la campagne se termine", a déclaré Giovanni Bozzi, le coach des Spirous, au micro de BeTV. "Mais il y a trois mois, à la mi-septembre, personne ne croyait en ce projet, si ce n'est les joueurs. Au fur et à mesure, nous avons placé la barre de plus en plus haut. Tellement haut qu'on trouvait presque normal de jouer, et de battre l'Olympiacos. C'est pour moi la plus grosse satisfaction de cette Euroleague". C'est donc pour l'honneur que Charleroi se rendra à Madrid pour y défier le Real le 23 décembre. "Il y a un risque de décompression, mais j'espère que non. C'est sûr qu'on va tomber sur un Real super motivé. Ils n'ont pas oublié le match aller. A nous de montrer que nous sommes encore là", a ajouté Bozzi. Après quatre défaites d'affilée, Charleroi avait signé sa première victoire en Euroligue contre le Real Madrid, le 17 novembre. Le bilan des Spirous, qui ont aussi battu Malaga et Bamberg, est désormais de six défaites et trois victoires. Sportmagazine.be, avec Belga