Ce que j'avais affirmé il y a près d'un an et demi, après l'accident de Marcin Wasilewski, se confirme: Axel Witsel serait sans doute bien inspiré en poursuivant sa carrière à l'étranger. En Belgique, le passé le rattrapera toujours.

Son carton rouge de dimanche dernier contre le Cercle de Bruges en témoigne: l'arbitre pouvait le lui donner, certes. Mais des interventions tout aussi musclées d'Eliaquim Mangala et Bernt Evens n'ont pas été sanctionnées de la même manière. Axel avait probablement l'intention de jouer le ballon, mais a eu la malchance d'arriver trop tard. Et là, les images du passé ont ressurgi. Dans l'esprit de l'arbitre comme dans celui des supporters adverses.

En l'absence de Steven Defour, Witsel veut prendre à son compte le rôle de leader et montrer l'exemple, mais il n'a pas encore assez de planches pour savoir jusqu'où il peut aller.

A voir aussi: il y a plus à tirer de ce Standard-là

Les problèmes que l'on constate au Standard depuis trop longtemps ne trouvent pas de solutions, et sont encore accentués par l'absence de leaders charismatiques comme Mémé Tchité, Steven Defour et même Sinan Bolat. Mais Dominique D'Onofrio ne doit pas fuir ses responsabilités non plus. Il peut, certes, invoquer des faits de match et des absences pour expliquer la défaite au Cercle, mais il y a plus à tirer de ce Standard-là. Anderlecht a aussi dû se priver de plusieurs pions majeurs et n'en a pas souffert outre mesure. Actuellement, chaque déplacement ou presque des Rouches se solde par une défaite.

Ce que j'avais affirmé il y a près d'un an et demi, après l'accident de Marcin Wasilewski, se confirme: Axel Witsel serait sans doute bien inspiré en poursuivant sa carrière à l'étranger. En Belgique, le passé le rattrapera toujours. Son carton rouge de dimanche dernier contre le Cercle de Bruges en témoigne: l'arbitre pouvait le lui donner, certes. Mais des interventions tout aussi musclées d'Eliaquim Mangala et Bernt Evens n'ont pas été sanctionnées de la même manière. Axel avait probablement l'intention de jouer le ballon, mais a eu la malchance d'arriver trop tard. Et là, les images du passé ont ressurgi. Dans l'esprit de l'arbitre comme dans celui des supporters adverses. En l'absence de Steven Defour, Witsel veut prendre à son compte le rôle de leader et montrer l'exemple, mais il n'a pas encore assez de planches pour savoir jusqu'où il peut aller. A voir aussi: il y a plus à tirer de ce Standard-là Les problèmes que l'on constate au Standard depuis trop longtemps ne trouvent pas de solutions, et sont encore accentués par l'absence de leaders charismatiques comme Mémé Tchité, Steven Defour et même Sinan Bolat. Mais Dominique D'Onofrio ne doit pas fuir ses responsabilités non plus. Il peut, certes, invoquer des faits de match et des absences pour expliquer la défaite au Cercle, mais il y a plus à tirer de ce Standard-là. Anderlecht a aussi dû se priver de plusieurs pions majeurs et n'en a pas souffert outre mesure. Actuellement, chaque déplacement ou presque des Rouches se solde par une défaite.