Elio Di Rupo n'est pas en forme mais les Montois crachent le feu. Hier, à Tubize, le RAEC a enfin réussi à vaincre sa bête noire, Waasland-Beveren. Et les Hennuyers montent ainsi en D1 pour la troisième fois de leur histoire, la première montée ayant eu lieu en 2002.

Mais il y a maintenant énormément de boulot. En effet, il n'y a plus qu'un seul joueur sous contrat pour la saison prochaine: Siede Blondelle. C'était un choix de la direction de ne pas offrir de longs contrats car Mons a toujours fonctionné comme un club pro depuis sa dernière descente en D2 et cela ne pouvait pas durer éternellement. "J'emploie une trentaine de personnes, joueurs compris", explique le directeur général Alain Lommers. "Si on n'était pas monté cette année, il aurait fallu réduire le budget". Dès cette semaine, la direction va rencontrer les joueurs qu'elle souhaite conserver. Et il faudra un grand nombre de transferts.

L'entraîneur arrivé en cours de saison, Dennis Van Wijk, est aussi en fin de contrat. Il aura la priorité mais les dirigeants doivent d'abord connaître ses exigences financières. On cite Enzo Scifo comme candidat T1. Réponse de Lommers: "Il vient de temps en temps chez nous mais ce n'est pas pour autant qu'il va devenir notre nouvel entraîneur".

Le budget de cette saison était de 2,5 millions. Il va passer à 5,5 millions et Lommers affirme que ce sera le plus petit de D1. Mons tournait avec une enveloppe de 6,5 millions en 2008-2009 mais cela n'avait pas été suffisant pour se maintenir. Autre problème à régler: l'intérêt du public. Il y a eu un engouement extraordinaire durant le tour final, lors du match de barrage de ce dimanche, et ensuite sur la Grand-Place, mais ce club n'a jamais attiré les foules et ne comptait que 830 abonnés cette saison.

Pierre Danvoye

Elio Di Rupo n'est pas en forme mais les Montois crachent le feu. Hier, à Tubize, le RAEC a enfin réussi à vaincre sa bête noire, Waasland-Beveren. Et les Hennuyers montent ainsi en D1 pour la troisième fois de leur histoire, la première montée ayant eu lieu en 2002. Mais il y a maintenant énormément de boulot. En effet, il n'y a plus qu'un seul joueur sous contrat pour la saison prochaine: Siede Blondelle. C'était un choix de la direction de ne pas offrir de longs contrats car Mons a toujours fonctionné comme un club pro depuis sa dernière descente en D2 et cela ne pouvait pas durer éternellement. "J'emploie une trentaine de personnes, joueurs compris", explique le directeur général Alain Lommers. "Si on n'était pas monté cette année, il aurait fallu réduire le budget". Dès cette semaine, la direction va rencontrer les joueurs qu'elle souhaite conserver. Et il faudra un grand nombre de transferts. L'entraîneur arrivé en cours de saison, Dennis Van Wijk, est aussi en fin de contrat. Il aura la priorité mais les dirigeants doivent d'abord connaître ses exigences financières. On cite Enzo Scifo comme candidat T1. Réponse de Lommers: "Il vient de temps en temps chez nous mais ce n'est pas pour autant qu'il va devenir notre nouvel entraîneur". Le budget de cette saison était de 2,5 millions. Il va passer à 5,5 millions et Lommers affirme que ce sera le plus petit de D1. Mons tournait avec une enveloppe de 6,5 millions en 2008-2009 mais cela n'avait pas été suffisant pour se maintenir. Autre problème à régler: l'intérêt du public. Il y a eu un engouement extraordinaire durant le tour final, lors du match de barrage de ce dimanche, et ensuite sur la Grand-Place, mais ce club n'a jamais attiré les foules et ne comptait que 830 abonnés cette saison. Pierre Danvoye