Il est la révélation du basket universitaire cette saison. Fort d'une saison remarquable avec l'université Duke, le jeune homme de 18 ans a alimenté les fantasmes tout au long de la saison. Si son avenir en NBA est tout tracé, il restait à savoir dans quelle franchise le natif de Caroline du Nord allait évoluer. Et suite à la saison catastrophique réalisée par les New York Knicks, il paraissait logique que leur revienne le premier choix de cette Draft. En effet, les Knicks présentent un bilan de 17 victoires pour 65 défaites. L'équipe de New York avait calqué sa stratégie de l'année prochaine sur l'arrivée du jeune joueur, et le joueur, lui-même, se montrait enthousiaste à l'idée de rejoindre New York.

Seulement, tout ne s'est pas passé comme prévu. Depuis cette année, le système de Draft a évolué. En effet, les trois derniers avaient le même pourcentage de chance de tirer le premier choix. C'est-à-dire que les Knicks, les Cleveland Cavliers et les Phoenix Suns avaient tous les trois 14% de chances d'hériter du premier choix de la Draft, car ils sont les trois équipes avec les pires résultats cette saison. Pourtant, à la surprise générale, ce sont les New Orleans Pelicans qui ont eu accès à ce privilège, alors qu'ils avaient seulement 6% de chances de l'obtenir, d'après CNN.

Si la NBA a changé les règles de la Draft, c'est notamment pour éviter le "Tanking", c'est-à-dire, faire exprès de saborder sa saison pour être certain d'avoir le premier choix. Ce qui n'a pas empêché les trois équipes de le faire cette saison.

Du côté du joueur, il a plutôt contenu sa joie au moment du tirage. Et les Pelicans pourront laisser partir Anthony Davis (Lakers ou Knicks) l'esprit tranquille.

Blaise Vanderlinden