Car si l'écart final entre les deux premiers est de 53 secondes, le retard de Neuville (Ford Fiesta RS) n'était que de trois secondes à quatre kilomètres de la ligne, tandis que le Finlandais Mikko Hirvonen (3e) naviguait à plus de deux minutes. "Je prenais tous les risques pour aller chercher la victoire et, à un kilomètre de la ligne, j'ai commis une erreur dans un enchaînement de virages", a déclaré le Belge pour expliquer un "tout-droit dans les arbres".

Neuville, déjà sur le podium cette saison au Mexique et en Grèce (3e), puis en Sardaigne (2e) et en Finlande (2e), peut se consoler en prenant seul la deuxième place au championnat du monde derrière le Français Sébastien Ogier.

"Dani n'a commis aucune erreur durant ce rallye, il mérite son succès", a ajouté le jeune Belge (25 ans), saluant sportivement la première victoire d'un pilote espagnol en WRC depuis Carlos Sainz en 2004.

Sordo a effectivement rendu une copie propre pour s'imposer, profitant des sorties de route des autres candidats au podium, Otsberg, Latavala, Novikov et, surtout Ogier, grand favori de l'épreuve.

Avec seulement deux podiums (Monte-Carlo et Grèce) à son actif en 2013, Dani Sordo vivait jusqu'à son triomphe allemand une saison désastreuse. Au point de compromettre son avenir chez Citroën ?

"On verra plus tard", bottait en touche Yves Matton dimanche, indiquant toutefois que ce succès de l'Espagnol, le troisième de la saison pour Citroën, "est un nouvel élément" dans les réflexions qui auront lieu ces prochains jours.

La marque aux chevrons conserve ainsi son brevet d'invincibilité en Allemagne, depuis 2002, date de l'arrivée du "Deutschland" dans le calendrier WRC.

Cerise sur le gâteau pour Citroën, en WRC2, la victoire est revenue au Polonais Robert Kubica. L'ex-pilote de F1 qui avait failli perdre une main dans un accident en rallye début 2011 termine en outre 5e au classement général combiné.

De quoi rendre jaloux Volkswagen. Avec le forfait de Mikkelsen et les sorties de route de Latvala et Ogier, la marque allemande qui rêvait d'un succès à domicile a vécu un week-end cauchemardesque, si l'on excepte la victoire d'Ogier dans la Power Stage, la dernière spéciale du rallye qui offre au pilote le plus rapide trois points de bonus au championnat. Une bien maigre consolation.

Car si l'écart final entre les deux premiers est de 53 secondes, le retard de Neuville (Ford Fiesta RS) n'était que de trois secondes à quatre kilomètres de la ligne, tandis que le Finlandais Mikko Hirvonen (3e) naviguait à plus de deux minutes. "Je prenais tous les risques pour aller chercher la victoire et, à un kilomètre de la ligne, j'ai commis une erreur dans un enchaînement de virages", a déclaré le Belge pour expliquer un "tout-droit dans les arbres". Neuville, déjà sur le podium cette saison au Mexique et en Grèce (3e), puis en Sardaigne (2e) et en Finlande (2e), peut se consoler en prenant seul la deuxième place au championnat du monde derrière le Français Sébastien Ogier. "Dani n'a commis aucune erreur durant ce rallye, il mérite son succès", a ajouté le jeune Belge (25 ans), saluant sportivement la première victoire d'un pilote espagnol en WRC depuis Carlos Sainz en 2004. Sordo a effectivement rendu une copie propre pour s'imposer, profitant des sorties de route des autres candidats au podium, Otsberg, Latavala, Novikov et, surtout Ogier, grand favori de l'épreuve. Avec seulement deux podiums (Monte-Carlo et Grèce) à son actif en 2013, Dani Sordo vivait jusqu'à son triomphe allemand une saison désastreuse. Au point de compromettre son avenir chez Citroën ? "On verra plus tard", bottait en touche Yves Matton dimanche, indiquant toutefois que ce succès de l'Espagnol, le troisième de la saison pour Citroën, "est un nouvel élément" dans les réflexions qui auront lieu ces prochains jours. La marque aux chevrons conserve ainsi son brevet d'invincibilité en Allemagne, depuis 2002, date de l'arrivée du "Deutschland" dans le calendrier WRC. Cerise sur le gâteau pour Citroën, en WRC2, la victoire est revenue au Polonais Robert Kubica. L'ex-pilote de F1 qui avait failli perdre une main dans un accident en rallye début 2011 termine en outre 5e au classement général combiné. De quoi rendre jaloux Volkswagen. Avec le forfait de Mikkelsen et les sorties de route de Latvala et Ogier, la marque allemande qui rêvait d'un succès à domicile a vécu un week-end cauchemardesque, si l'on excepte la victoire d'Ogier dans la Power Stage, la dernière spéciale du rallye qui offre au pilote le plus rapide trois points de bonus au championnat. Une bien maigre consolation.