La ligue mondiale de volley-ball est une compétition regroupant les 28 meilleures nations mondiales de la discipline. La compétition s'étale du 23 mai au 20 juillet. L'épreuve se déroule en deux phases : une phase intercontinentale regroupant les 28 nations sélectionnées et une phase finale avec 6 nations qualifiées.

Un système (très) complexe

Dans la phase intercontinentale, les 28 formations sont réparties en trois divisions selon le niveau et les performances récentes de l'équipe. Il y a un pays organisateur par division et chacune d'entre elles est composée de deux poules à l'exception de la division deux qui en compte trois.

En division 1, sont donc qualifiés pour la phase finale les deux premiers des deux poules, plus le pays organisateur. Si le pays organisateur fait partie des premiers, comme cette année, on repêche le troisième.

Concernant la division deux, les trois vainqueurs de poules se qualifient pour la phase finale en compagnie du pays organisateur.
Enfin pour la division trois, ce sont les vainqueurs de leurs poules respectives qui se qualifient, accompagnés du meilleur deuxième et du pays organisateur.

Ensuite, les deux dernières divisions jouent respectivement leur phase finale sous forme de demi-finales et finale. Ainsi, le classement de la 28e place à la 7e place est établi.

Après cela, le vainqueur de la division deux accède à la phase finale de la division 1. Celle-ci se déroule en deux poules de trois et les deux premiers se qualifient en demi-finales, puis les vainqueurs s'affrontent enfin en finale pour désigner la meilleure nation du monde.

Une Belgique qui progresse


La Belgique, en tant que vainqueur de la ligue Européenne 2013, a reçu une wild card pour participer à cette édition, qui s'est élargie de 18 à 28 nations, malgré sa 38e place au ranking mondial. C'est donc sa première participation parmi l'élite mondiale du volley-ball.
Après avoir terminés premiers de leur poule, composée de nations bien mieux classées (Canada 11e, Australie 14e et Finlande 30e), avec sept victoires en 12 matches, les Reds Dragons ont échoué face à la France (16e au ranking) au pied du Final Four de la division deux.

Une très belle performance pour l'antépénultième équipe la moins bien cotée du tournoi.

Eric L. (st.)

La ligue mondiale de volley-ball est une compétition regroupant les 28 meilleures nations mondiales de la discipline. La compétition s'étale du 23 mai au 20 juillet. L'épreuve se déroule en deux phases : une phase intercontinentale regroupant les 28 nations sélectionnées et une phase finale avec 6 nations qualifiées. Un système (très) complexeDans la phase intercontinentale, les 28 formations sont réparties en trois divisions selon le niveau et les performances récentes de l'équipe. Il y a un pays organisateur par division et chacune d'entre elles est composée de deux poules à l'exception de la division deux qui en compte trois. En division 1, sont donc qualifiés pour la phase finale les deux premiers des deux poules, plus le pays organisateur. Si le pays organisateur fait partie des premiers, comme cette année, on repêche le troisième. Concernant la division deux, les trois vainqueurs de poules se qualifient pour la phase finale en compagnie du pays organisateur. Enfin pour la division trois, ce sont les vainqueurs de leurs poules respectives qui se qualifient, accompagnés du meilleur deuxième et du pays organisateur. Ensuite, les deux dernières divisions jouent respectivement leur phase finale sous forme de demi-finales et finale. Ainsi, le classement de la 28e place à la 7e place est établi. Après cela, le vainqueur de la division deux accède à la phase finale de la division 1. Celle-ci se déroule en deux poules de trois et les deux premiers se qualifient en demi-finales, puis les vainqueurs s'affrontent enfin en finale pour désigner la meilleure nation du monde.Une Belgique qui progresse La Belgique, en tant que vainqueur de la ligue Européenne 2013, a reçu une wild card pour participer à cette édition, qui s'est élargie de 18 à 28 nations, malgré sa 38e place au ranking mondial. C'est donc sa première participation parmi l'élite mondiale du volley-ball. Après avoir terminés premiers de leur poule, composée de nations bien mieux classées (Canada 11e, Australie 14e et Finlande 30e), avec sept victoires en 12 matches, les Reds Dragons ont échoué face à la France (16e au ranking) au pied du Final Four de la division deux. Une très belle performance pour l'antépénultième équipe la moins bien cotée du tournoi. Eric L. (st.)