Officiellement, l'OMS n'a aucun pouvoir de décision en la matière, mais elle est considérée comme le principal conseiller du Comité international olympique (CIO) sur la question du Covid-19, dont la pandémie est responsable de la crise actuelle. Selon Mike Ryan, la confiance mutuelle est élevée.

"Nous sommes convaincus que ni le CIO, ni le gouvernement japonais ne prendront de risques qui pourraient mettre en danger la santé des athlètes et des spectateurs".

Le CIO a déjà annoncé qu'il prendra sa décision dans un délai de quatre semaines. Avec la pression de plus en plus importante des pays et des fédérations sportives, il apparaît de plus en plus certain que les JO ne débuteront pas le 24 juillet dans la capitale japonaise.

Officiellement, l'OMS n'a aucun pouvoir de décision en la matière, mais elle est considérée comme le principal conseiller du Comité international olympique (CIO) sur la question du Covid-19, dont la pandémie est responsable de la crise actuelle. Selon Mike Ryan, la confiance mutuelle est élevée. "Nous sommes convaincus que ni le CIO, ni le gouvernement japonais ne prendront de risques qui pourraient mettre en danger la santé des athlètes et des spectateurs". Le CIO a déjà annoncé qu'il prendra sa décision dans un délai de quatre semaines. Avec la pression de plus en plus importante des pays et des fédérations sportives, il apparaît de plus en plus certain que les JO ne débuteront pas le 24 juillet dans la capitale japonaise.