"La biopsie a confirmé qu'il s'agit effectivement d'une tumeur maligne mais le cancer a été constaté dans un stade précoce. Cela nous donne de l'espoir qu'un traitement complémentaire ne sera pas nécessaire", explique encore le communiqué, qui précise également que les résultats d'examens complémentaires donneront plus d'informations sur la nécessité éventuelle d'un traitement additionnel.

Van der Plaetsen avait été contrôlé positif à l'hormone HCG (Human Chorionic Gonadotropine) lors d'un contrôle hors compétition le 3 septembre dernier. Averti par un courrier de l'agence antidopage flamande NADO Vlaanderen, l'athlète belge a alors effectué des recherches pour comprendre l'origine de cette hormone dans son corps et a découvert que chez les hommes elle pouvait provenir d'une tumeur cancéreuse. Ce que son médecin n'a malheureusement pas tardé a confirmé.

"La biopsie a confirmé qu'il s'agit effectivement d'une tumeur maligne mais le cancer a été constaté dans un stade précoce. Cela nous donne de l'espoir qu'un traitement complémentaire ne sera pas nécessaire", explique encore le communiqué, qui précise également que les résultats d'examens complémentaires donneront plus d'informations sur la nécessité éventuelle d'un traitement additionnel.Van der Plaetsen avait été contrôlé positif à l'hormone HCG (Human Chorionic Gonadotropine) lors d'un contrôle hors compétition le 3 septembre dernier. Averti par un courrier de l'agence antidopage flamande NADO Vlaanderen, l'athlète belge a alors effectué des recherches pour comprendre l'origine de cette hormone dans son corps et a découvert que chez les hommes elle pouvait provenir d'une tumeur cancéreuse. Ce que son médecin n'a malheureusement pas tardé a confirmé.