"Il s'agit de trois filles de quinze ans", a expliqué De Gendt. "Après un entraînement, un Turc leur a proposé 50.000 dollars chacune pour influencer la rencontre. Les filles ont directement informé la fédération, qui a elle transmis l'information aux fédérations internationales (UEFA et FIFA) ainsi qu'au parquet fédéral."

"Cet exemple prouve que cela peut arriver à tous les niveaux et même chez les jeunes", a continué Thibaut De Gendt. "Il est donc primordial d'informer et éduquer nos joueurs aux dangers de ces trucages de matches, et ce dès le plus jeune âge."