Les Belgian Cheetahs se sont brillamment qualifiées pour la finale du relais 4X400m en athlétisme aux Jeux Olympiques de Tokyo, jeudi avec un record de Belgique.

Naomi Van den Broeck, Imke Vervaet, Paulien Couckuyt et Camille Laus, dans cet ordre, ont couru en 3:24.08, soit un nouveau record de Belgique, effaçant le 3:26.58 réussi par Hanne Claes, Imke Vervaet, Paulien Couckuyt et Camille Laus aux championnats du monde à Doha le 5 octobre 2019. Elles terminent derrière la Pologne, victorieuse de cette première série en 3:23.10 et Cuba, 2e en 3:24.04.

Les Belgian Cheetahs disposent du 8e et dernier temps des finalistes. Le meilleur chrono a été réussi dans la deuxième série, beaucoup plus rapide, par les Etats-Unis en 3:20.86 devant la Jamaïque 3:21.95, la Grande-Bretagne 3:23.99, qualifiés à la place, les Pays-Bas 3:24.01 et le Canada 3:24.05, qualifiés au temps.

En 5e position après les deux premiers relais, Paulien Couckuyt, 3e relayeuse, a réussi un fameux tour de piste pour ramener la Begique à la 3e place. Camille Laus, un moment deuxième, assurait la qualification des Belges pour la finale. Les trois premiers de chacune des deux demi-finales, ainsi que les deux meilleurs temps ensuite rejoignent la finale samedi (14h30).

Privée de celle qui devait les porter plus haut, Cynthia Bolingo blessée, les relayeuses du 4x400 m peuvent sur les très belles conditions affichées à Tokyo par Imke Vervaet et Paulien Couckuyt et celle retrouvée de Camille Laus dans les séries.

Paulien Couckuyt était tout sourire après la qualification pour la finale et le record de Belgique des Belgian Cheetahs., iStock
Paulien Couckuyt était tout sourire après la qualification pour la finale et le record de Belgique des Belgian Cheetahs. © iStock

Les Cheetahs "ne vont pas courir pour la 8e place en finale"

Les Belgian Cheetahs s'étaient classées 5e de leurs premiers championnats du monde en 2019 à Doha.

Pour sa première course avec les Cheetahs Naomi Van den Broeck avait la responsabilité de lancer la course. "Je pense que j'ai eu un bon temps de réaction", a réagi l'étudiante en médecine d'Oslo.

"J'étais très heureuse de courir. Je pense que j'aurais ensuite pu faire une meilleure course. Il y a de la place pour s'améliorer. Mais atteindre une finale olympique pour ma première course avec les filles je ne peux pas me plaindre".

Elle a remis le témoin en 5e position à Imke Vervaet qui en était à sa 5e course à Tokyo. "Je ne pensais jamais que nous allions courir aussi vite et que nous améliorerions notre record de Doha qui était très élevé. Le premier objectif qui était de rejoindre la finale est atteint." Après deux cents premiers mètres qui lui avaient permis de prendre la 3e place elle céda le "bâton" en 5e position. "Je dois avouer que je suis vraiment crevée. Mais l'adrenaline fait son travail. J'ai maintenant un jour de repos et on va revenir samedi pour essayer d'aller encore plus vite. On ne va pas courir pour terminer huitièmes."

Boostée par sa très belle 9e place dans le 400 m haies, Paulien Couckuyt a encore été très rapide puisqu'elle remonta deux concurrentes pour lancer Camille Laus en 3e position. "Pour une course olympique on est toujours fraîche et j'avais très envie de courir ce relais", déclara la détentrice du record de Belgique du 400 m haies (amélioré à deux reprises à Tokyo). "On voulait aller en finale et on y est. On est plus que contentes. Bien sûr en finale tout est possible mais les Etats-Unis et la Jamaïque (1ers et 2e de la seconde série en 3:20.86 et 3:21.95) sont un niveau au-dessus. On va faire le maximum et peut-être rééditer le top 5 de Doha."

"Partie en bonne position avec l'Allemande juste devant c'était un bon objectif", résuma Camille Laus."Mais je suis un peu frustrée d'avoir été passée par la Cubaine sur la fin. On va faire comme à Doha où l'Ukrainienne m'avait passée et on les a battues en finale. Pour faire 3:24.0, on a toutes super courue. C'est encourageant pour après-demain. On a montré qu'on a une équipe très très forte et un bon réservoir de filles, même sans Cynthia (Bolingo, blessée qui a déclaré forfait et est déjà rentrée en Belgique)."

Les Belgian Cheetahs se sont brillamment qualifiées pour la finale du relais 4X400m en athlétisme aux Jeux Olympiques de Tokyo, jeudi avec un record de Belgique.Naomi Van den Broeck, Imke Vervaet, Paulien Couckuyt et Camille Laus, dans cet ordre, ont couru en 3:24.08, soit un nouveau record de Belgique, effaçant le 3:26.58 réussi par Hanne Claes, Imke Vervaet, Paulien Couckuyt et Camille Laus aux championnats du monde à Doha le 5 octobre 2019. Elles terminent derrière la Pologne, victorieuse de cette première série en 3:23.10 et Cuba, 2e en 3:24.04. Les Belgian Cheetahs disposent du 8e et dernier temps des finalistes. Le meilleur chrono a été réussi dans la deuxième série, beaucoup plus rapide, par les Etats-Unis en 3:20.86 devant la Jamaïque 3:21.95, la Grande-Bretagne 3:23.99, qualifiés à la place, les Pays-Bas 3:24.01 et le Canada 3:24.05, qualifiés au temps. En 5e position après les deux premiers relais, Paulien Couckuyt, 3e relayeuse, a réussi un fameux tour de piste pour ramener la Begique à la 3e place. Camille Laus, un moment deuxième, assurait la qualification des Belges pour la finale. Les trois premiers de chacune des deux demi-finales, ainsi que les deux meilleurs temps ensuite rejoignent la finale samedi (14h30). Privée de celle qui devait les porter plus haut, Cynthia Bolingo blessée, les relayeuses du 4x400 m peuvent sur les très belles conditions affichées à Tokyo par Imke Vervaet et Paulien Couckuyt et celle retrouvée de Camille Laus dans les séries. Les Belgian Cheetahs s'étaient classées 5e de leurs premiers championnats du monde en 2019 à Doha.Pour sa première course avec les Cheetahs Naomi Van den Broeck avait la responsabilité de lancer la course. "Je pense que j'ai eu un bon temps de réaction", a réagi l'étudiante en médecine d'Oslo."J'étais très heureuse de courir. Je pense que j'aurais ensuite pu faire une meilleure course. Il y a de la place pour s'améliorer. Mais atteindre une finale olympique pour ma première course avec les filles je ne peux pas me plaindre". Elle a remis le témoin en 5e position à Imke Vervaet qui en était à sa 5e course à Tokyo. "Je ne pensais jamais que nous allions courir aussi vite et que nous améliorerions notre record de Doha qui était très élevé. Le premier objectif qui était de rejoindre la finale est atteint." Après deux cents premiers mètres qui lui avaient permis de prendre la 3e place elle céda le "bâton" en 5e position. "Je dois avouer que je suis vraiment crevée. Mais l'adrenaline fait son travail. J'ai maintenant un jour de repos et on va revenir samedi pour essayer d'aller encore plus vite. On ne va pas courir pour terminer huitièmes." Boostée par sa très belle 9e place dans le 400 m haies, Paulien Couckuyt a encore été très rapide puisqu'elle remonta deux concurrentes pour lancer Camille Laus en 3e position. "Pour une course olympique on est toujours fraîche et j'avais très envie de courir ce relais", déclara la détentrice du record de Belgique du 400 m haies (amélioré à deux reprises à Tokyo). "On voulait aller en finale et on y est. On est plus que contentes. Bien sûr en finale tout est possible mais les Etats-Unis et la Jamaïque (1ers et 2e de la seconde série en 3:20.86 et 3:21.95) sont un niveau au-dessus. On va faire le maximum et peut-être rééditer le top 5 de Doha." "Partie en bonne position avec l'Allemande juste devant c'était un bon objectif", résuma Camille Laus."Mais je suis un peu frustrée d'avoir été passée par la Cubaine sur la fin. On va faire comme à Doha où l'Ukrainienne m'avait passée et on les a battues en finale. Pour faire 3:24.0, on a toutes super courue. C'est encourageant pour après-demain. On a montré qu'on a une équipe très très forte et un bon réservoir de filles, même sans Cynthia (Bolingo, blessée qui a déclaré forfait et est déjà rentrée en Belgique)."