Parrainés par une ONG israélienne luttant contre la pollution des mers, ces six nageurs amateurs étaient partis de Paphos, dans le sud de Chypre, et se sont relayés 24h sur 24 pendant cinq jours, nageant chacun une heure. "Nous avons battu le record du monde de la nage en relais la plus longue et en eau libre naturelle: 380 kilomètres entre Chypre et Israël", ont-ils indiqué dans un communiqué.

"Il existait un record du monde de nage en eau libre de 366 kilomètres détenu par des Américains et nous avions décidé de relever le défi", a affirmé l'un des nageurs, Oded Rahav. Agés de 41 à 66 ans, les nageurs se sont entraînés pendant un an et ont embarqué avec eux des appareils permettant d'enregistrer le détail de leur performance pour la faire authentifier ultérieurement par le Guinness des records. Ils avaient déjà tenté l'année dernière d'établir le record mais avait dû renoncer à mi-parcours en raison d'une tempête.

Les nageurs ont expliqué avoir eu cette fois-ci des difficultés avec les méduses, la température de l'eau --ils nageait sans combinaison-- et l'omniprésence de sacs plastiques dans l'eau. "Nager au milieu des sacs plastiques, c'est (...) insupportable, la mer doit être un sanctuaire pour tous et doit être préservée par tous", ont déclaré les nageurs à leur arrivée.

Parrainés par une ONG israélienne luttant contre la pollution des mers, ces six nageurs amateurs étaient partis de Paphos, dans le sud de Chypre, et se sont relayés 24h sur 24 pendant cinq jours, nageant chacun une heure. "Nous avons battu le record du monde de la nage en relais la plus longue et en eau libre naturelle: 380 kilomètres entre Chypre et Israël", ont-ils indiqué dans un communiqué. "Il existait un record du monde de nage en eau libre de 366 kilomètres détenu par des Américains et nous avions décidé de relever le défi", a affirmé l'un des nageurs, Oded Rahav. Agés de 41 à 66 ans, les nageurs se sont entraînés pendant un an et ont embarqué avec eux des appareils permettant d'enregistrer le détail de leur performance pour la faire authentifier ultérieurement par le Guinness des records. Ils avaient déjà tenté l'année dernière d'établir le record mais avait dû renoncer à mi-parcours en raison d'une tempête. Les nageurs ont expliqué avoir eu cette fois-ci des difficultés avec les méduses, la température de l'eau --ils nageait sans combinaison-- et l'omniprésence de sacs plastiques dans l'eau. "Nager au milieu des sacs plastiques, c'est (...) insupportable, la mer doit être un sanctuaire pour tous et doit être préservée par tous", ont déclaré les nageurs à leur arrivée.