La finale démarrait avec un grand absent après l'élimination de Trayvon Bromell en demi-finale. L'Américain, auteur de la meilleure performance mondiale de l'année en 9.77 et grand favori pour la médaille d'or, a terminé 3e de série en 10.00 et n'a pas été repêché au temps.

Cette finale très ouverte a donc souri à l'Italien Marcell Jacobs en 9.80 pour devancer l'Américain Fred Kerley de 4 centièmes et le Canadien André de Grasse de 9 centièmes. Jacobs succède au palmarès à Usain Bolt qui avait remporté son 3e et dernier titre olympique à Rio en 2016.

Hauteur: l'or olympique partagé entre l'Italien Tamberi et le Qatari Barshim

Le concours de la hauteur restera assurément comme l'un des moments forts de ces Jeux Olympiques de Tokyo. Dimanche, l'Italien Gianmarco Tamberi et le Qatari Mutaz Barshim, à stricte égalité à l'issue du concours, ont décidé de se partager la médaille d'or.

Barshim, double champion du monde (2017, 2019) depuis sa médaille d'argent aux JO de Rio en 2016, a réussi un début de concours parfait en passant toutes les barres à son premier essai jusqu'à 2m37. Il a été imité par l'Italien, champion du monde en salle en 2016.

Ils ont ensuite échoué à trois reprises à 2m39. Après une conversation avec un officiel, ils ont décidé de ne pas disputer les barrages. Ils monteront tous les deux sur la plus haute marche du podium, complété par le Biélorusse Maksim Nedasekau (2m37).

C'est une revanche incroyable pour Tamberi, gravement blessé à la cheville peu avant les JO de Rio en 2016.

Le Russe Mikhail Akimentko, vice-champion du monde, a dû se contenter de la 6e place avec une barre à 2m33.

L'Américain JuVaughn Harrison, qui s'était lancé dans la double quête de médailles quasi inédite en saut en hauteur et en longueur, a terminé 7e (2m33). L'athlète de 22 ans, qui s'est qualifié pour la finale de la longueur dimanche matin, avait passé 2m36 en mai dernier.

La finale démarrait avec un grand absent après l'élimination de Trayvon Bromell en demi-finale. L'Américain, auteur de la meilleure performance mondiale de l'année en 9.77 et grand favori pour la médaille d'or, a terminé 3e de série en 10.00 et n'a pas été repêché au temps. Cette finale très ouverte a donc souri à l'Italien Marcell Jacobs en 9.80 pour devancer l'Américain Fred Kerley de 4 centièmes et le Canadien André de Grasse de 9 centièmes. Jacobs succède au palmarès à Usain Bolt qui avait remporté son 3e et dernier titre olympique à Rio en 2016. Hauteur: l'or olympique partagé entre l'Italien Tamberi et le Qatari BarshimLe concours de la hauteur restera assurément comme l'un des moments forts de ces Jeux Olympiques de Tokyo. Dimanche, l'Italien Gianmarco Tamberi et le Qatari Mutaz Barshim, à stricte égalité à l'issue du concours, ont décidé de se partager la médaille d'or.Barshim, double champion du monde (2017, 2019) depuis sa médaille d'argent aux JO de Rio en 2016, a réussi un début de concours parfait en passant toutes les barres à son premier essai jusqu'à 2m37. Il a été imité par l'Italien, champion du monde en salle en 2016. Ils ont ensuite échoué à trois reprises à 2m39. Après une conversation avec un officiel, ils ont décidé de ne pas disputer les barrages. Ils monteront tous les deux sur la plus haute marche du podium, complété par le Biélorusse Maksim Nedasekau (2m37). C'est une revanche incroyable pour Tamberi, gravement blessé à la cheville peu avant les JO de Rio en 2016. Le Russe Mikhail Akimentko, vice-champion du monde, a dû se contenter de la 6e place avec une barre à 2m33. L'Américain JuVaughn Harrison, qui s'était lancé dans la double quête de médailles quasi inédite en saut en hauteur et en longueur, a terminé 7e (2m33). L'athlète de 22 ans, qui s'est qualifié pour la finale de la longueur dimanche matin, avait passé 2m36 en mai dernier.