"Notre pays n'a pas à participer sous drapeau neutre si aucun reproche concret n'est fait à notre Comité olympique actuel. C'est écrit dans la charte olympique", a déclaré le président russe lors de sa conférence de presse annuelle.

"Si l'Agence mondiale antidopage n'a pas de reproches à faire à notre Comité olympique, alors notre équipe doit participer sous notre drapeau", a poursuivi M. Poutine en dénonçant les sanctions "injustes", "illégales" et "dépourvues de bon sens" visant son pays.

"N'importe quelle punition doit être individuelle", a martelé M. Poutine tout en promettant de "tout faire pour que le sport russe soit propre". Il a jugé que la mise au ban de son pays du sport mondial était "politiquement motivée".

L'agence russe antidopage doit décider jeudi si elle enclenche la procédure pour contester l'exclusion pour quatre ans de la Russie des compétitions sportives mondiales, dont les Jeux olympiques 2020 et 2022 et la Coupe du monde de foot 2022, pour avoir falsifié les données d'athlètes contrôlés.

La mise au ban de la Russie prévoit que seuls des sportifs russes triés sur le volet pourront participer aux compétitions, mais sous drapeau neutre et sans que l'hymne national ne soit joué.

Moscou a dénoncé ces nouvelles sanctions, après un premier scandale de dopage en 2015, parlant d'une "hystérie anti-russe".

"Notre pays n'a pas à participer sous drapeau neutre si aucun reproche concret n'est fait à notre Comité olympique actuel. C'est écrit dans la charte olympique", a déclaré le président russe lors de sa conférence de presse annuelle. "Si l'Agence mondiale antidopage n'a pas de reproches à faire à notre Comité olympique, alors notre équipe doit participer sous notre drapeau", a poursuivi M. Poutine en dénonçant les sanctions "injustes", "illégales" et "dépourvues de bon sens" visant son pays. "N'importe quelle punition doit être individuelle", a martelé M. Poutine tout en promettant de "tout faire pour que le sport russe soit propre". Il a jugé que la mise au ban de son pays du sport mondial était "politiquement motivée". L'agence russe antidopage doit décider jeudi si elle enclenche la procédure pour contester l'exclusion pour quatre ans de la Russie des compétitions sportives mondiales, dont les Jeux olympiques 2020 et 2022 et la Coupe du monde de foot 2022, pour avoir falsifié les données d'athlètes contrôlés. La mise au ban de la Russie prévoit que seuls des sportifs russes triés sur le volet pourront participer aux compétitions, mais sous drapeau neutre et sans que l'hymne national ne soit joué. Moscou a dénoncé ces nouvelles sanctions, après un premier scandale de dopage en 2015, parlant d'une "hystérie anti-russe".