Cette double confrontation, délocalisée de Rotterdam vers Amsterdam en raison de la nouvelle vague de coronavirus, se déroulera à huis clos au Wagener Stadion d'Amstelveen et marquera l'entrée en compétition des Oranje sous leur nouveau coach Jeroen Delmee. Les Belges, champions olympiques et du monde, restent sur deux succès probants devant l'Allemagne, il y a un mois, en ouverture du tournoi à Uccle.

Revenus requinqués de leur stage avec le COIB à Belek, les Red Lions ont à c?ur de boucler 2021 en beauté. Même si 8 autres matchs de Pro League restent inscrits à leur programme en 2022, les N.1 mondiaux perçoivent ces deux derbys des plats pays comme décisifs dans la défense de leur sacre en Pro League. "Si nous battons deux fois les Pays-Bas, je pense que le titre sera pratiquement acquis", avait en effet déclaré John-John Dohmen la semaine dernière à Belek. Les Pays-Bas, redescendus au 4e rang mondial après leur 5e place aux JO, présenteront ce week-end une sélection complètement rajeunie par rapport à Tokyo.

418 sélections pour Dohmen

Exit les Jeroen Hertzberger, Billy Bakker, Mink van der Weerden, Robbert Kemperman ou Mirco Pruijser, désormais seuls Thierry Brinkman, Sander de Wijn et le gardien Pirmin Blaak noteront face aux Belges plus de 100 capes à leur actif. Un fameux contraste comparé au noyau de Michel van den Heuvel, où la plupart des cadres, excepté Thomas Briels, a signé pour quelques saisons de plus. Statistique marquante: le nombre de sélections de Dohmen (418), du capitaine Félix Denayer (344) et de Cédric Charlier (338), soit 1.106 capes à eux trois seulement, dépasse largement celui de l'ensemble du contingent néerlandais convoqué ce week-end (891).

Pour Arthur Van Doren, cela ne modifiera pas la donne. "Je joue aux Pays-Bas depuis quelques années maintenant et je connais les qualités de leurs joueurs. Beaucoup de jeunes frappent à la porte de leur équipe nationale et ils ne manquent pas de talent", a expliqué le défenseur de Bloemendaal. "Ce sera un nouveau challenge pour nous, car beaucoup de gars que nous connaissions très bien ne sont plus là. Mais contre les Pays-Bas, cela reste toujours des duels de prestige. Nous allons faire tout notre possible pour contenter le public présent derrière leur écran à la maison", a conclu 'King Arthur', double meilleur joueur mondial (2017, 2018).

Cette double confrontation, délocalisée de Rotterdam vers Amsterdam en raison de la nouvelle vague de coronavirus, se déroulera à huis clos au Wagener Stadion d'Amstelveen et marquera l'entrée en compétition des Oranje sous leur nouveau coach Jeroen Delmee. Les Belges, champions olympiques et du monde, restent sur deux succès probants devant l'Allemagne, il y a un mois, en ouverture du tournoi à Uccle.Revenus requinqués de leur stage avec le COIB à Belek, les Red Lions ont à c?ur de boucler 2021 en beauté. Même si 8 autres matchs de Pro League restent inscrits à leur programme en 2022, les N.1 mondiaux perçoivent ces deux derbys des plats pays comme décisifs dans la défense de leur sacre en Pro League. "Si nous battons deux fois les Pays-Bas, je pense que le titre sera pratiquement acquis", avait en effet déclaré John-John Dohmen la semaine dernière à Belek. Les Pays-Bas, redescendus au 4e rang mondial après leur 5e place aux JO, présenteront ce week-end une sélection complètement rajeunie par rapport à Tokyo. Exit les Jeroen Hertzberger, Billy Bakker, Mink van der Weerden, Robbert Kemperman ou Mirco Pruijser, désormais seuls Thierry Brinkman, Sander de Wijn et le gardien Pirmin Blaak noteront face aux Belges plus de 100 capes à leur actif. Un fameux contraste comparé au noyau de Michel van den Heuvel, où la plupart des cadres, excepté Thomas Briels, a signé pour quelques saisons de plus. Statistique marquante: le nombre de sélections de Dohmen (418), du capitaine Félix Denayer (344) et de Cédric Charlier (338), soit 1.106 capes à eux trois seulement, dépasse largement celui de l'ensemble du contingent néerlandais convoqué ce week-end (891). Pour Arthur Van Doren, cela ne modifiera pas la donne. "Je joue aux Pays-Bas depuis quelques années maintenant et je connais les qualités de leurs joueurs. Beaucoup de jeunes frappent à la porte de leur équipe nationale et ils ne manquent pas de talent", a expliqué le défenseur de Bloemendaal. "Ce sera un nouveau challenge pour nous, car beaucoup de gars que nous connaissions très bien ne sont plus là. Mais contre les Pays-Bas, cela reste toujours des duels de prestige. Nous allons faire tout notre possible pour contenter le public présent derrière leur écran à la maison", a conclu 'King Arthur', double meilleur joueur mondial (2017, 2018).