"Nous sommes très impatients à l'idée de jouer une rencontre si importante. Il y a encore un peu de travail à effectuer mais les joueurs sont totalement prêts. Ils ont vu le match de l'Australie mardi soir, ils ont donc une idée précise du type de rencontre qui les attend", a déclaré le sélectionneur national Shane McLeod mercredi, veille de la finale.

Ce duel s'annonce intense entre les Kookaburras et les Red Lions, respectivement premiers et deuxièmes au classement mondial et invaincus depuis le début de la compétition. "On peut dire que c'est une finale de rêve", a dit le coach néo-zélandais. "Les deux équipes ont un parcours plutôt similaire. L'Australie a été très bonne en phase de groupes avant de connaître quelques difficultés contre les Pays-Bas (en quarts de finale, ndlr). Mais mardi contre l'Allemagne, ils ont été très efficaces. C'est un peu la même chose pour nous. Cela a été dur contre l'Espagne en quarts mais au final, la qualité l'a emporté. Je pense que cette finale réunit les deux meilleures nations."

À l'instar des Belges, les Australiens disposent d'un style de jeu basé sur le physique. "Ce sont de bons athlètes, ils aiment le jeu rapide", a encore souligné le technicien avant de détailler les quelques différences entre les deux formations. "Nous sommes un peu plus défensifs et nous construisons davantage en gardant la balle. Les Australiens attaquent plus vite, essaient de partir rapidement en contre-attaque. Ils sont plus opportunistes. Si nous défendons bien, nous pourrons leur créer des problèmes. Avec Tim Brand (cinq goals dans le tournoi, ndlr), ils disposent d'un très bon attaquant, capable de faire des dégâts dans notre cercle. Il va falloir le surveiller de près."

Si l'Australie peut compter sur Brand, la Belgique possède tout simplement le meilleur buteur du tournoi en la personne d'Alexander Hendrickx. Le spécialiste du penalty corner a déjà trouvé les chemins des filets à quatorze reprises. Tom Boon peut aussi faire des dégâts sur cette phase spécifique du hockey mais l'attaquant du Lépolod n'a pour l'instant pas réellement pu briller à Tokyo, la faute à une blessure au mollet. En demi-finale, Shane McLeod l'a même écarté du noyau. Sa présence en finale reste incertaine. "Nous verrons bien. Le groupe n'est pas encore défini, nous allons prendre une décision plus tard dans la journée."

McLeod, 52 ans, disputera jeudi son dernier match à la tête des Lions depuis son arrivée en octobre 2015. Depuis lors, il a remporté une médaille d'argent à Rio en 2016 avant de conquérir des titres mondial (2018) et européen (2019). Terminer avec l'or olympique constituerait une fin en apothéose pour celui qui passera le témoin à son assistant néerlandais Michel van den Heuvel. "Ce serait une énorme satisfaction, la cerise sur le gâteau. Mais même si nous échouons, cela n'effacera pas toutes les grandes choses déjà réalisées. Je pense que c'est un privilège de travailler avec ces joueurs. Honnêtement, j'essaie simplement de ne pas trop me préoccuper du fait que ce soit ma dernière", a avoué Shane McLeod.

"Nous sommes très impatients à l'idée de jouer une rencontre si importante. Il y a encore un peu de travail à effectuer mais les joueurs sont totalement prêts. Ils ont vu le match de l'Australie mardi soir, ils ont donc une idée précise du type de rencontre qui les attend", a déclaré le sélectionneur national Shane McLeod mercredi, veille de la finale. Ce duel s'annonce intense entre les Kookaburras et les Red Lions, respectivement premiers et deuxièmes au classement mondial et invaincus depuis le début de la compétition. "On peut dire que c'est une finale de rêve", a dit le coach néo-zélandais. "Les deux équipes ont un parcours plutôt similaire. L'Australie a été très bonne en phase de groupes avant de connaître quelques difficultés contre les Pays-Bas (en quarts de finale, ndlr). Mais mardi contre l'Allemagne, ils ont été très efficaces. C'est un peu la même chose pour nous. Cela a été dur contre l'Espagne en quarts mais au final, la qualité l'a emporté. Je pense que cette finale réunit les deux meilleures nations." À l'instar des Belges, les Australiens disposent d'un style de jeu basé sur le physique. "Ce sont de bons athlètes, ils aiment le jeu rapide", a encore souligné le technicien avant de détailler les quelques différences entre les deux formations. "Nous sommes un peu plus défensifs et nous construisons davantage en gardant la balle. Les Australiens attaquent plus vite, essaient de partir rapidement en contre-attaque. Ils sont plus opportunistes. Si nous défendons bien, nous pourrons leur créer des problèmes. Avec Tim Brand (cinq goals dans le tournoi, ndlr), ils disposent d'un très bon attaquant, capable de faire des dégâts dans notre cercle. Il va falloir le surveiller de près." Si l'Australie peut compter sur Brand, la Belgique possède tout simplement le meilleur buteur du tournoi en la personne d'Alexander Hendrickx. Le spécialiste du penalty corner a déjà trouvé les chemins des filets à quatorze reprises. Tom Boon peut aussi faire des dégâts sur cette phase spécifique du hockey mais l'attaquant du Lépolod n'a pour l'instant pas réellement pu briller à Tokyo, la faute à une blessure au mollet. En demi-finale, Shane McLeod l'a même écarté du noyau. Sa présence en finale reste incertaine. "Nous verrons bien. Le groupe n'est pas encore défini, nous allons prendre une décision plus tard dans la journée." McLeod, 52 ans, disputera jeudi son dernier match à la tête des Lions depuis son arrivée en octobre 2015. Depuis lors, il a remporté une médaille d'argent à Rio en 2016 avant de conquérir des titres mondial (2018) et européen (2019). Terminer avec l'or olympique constituerait une fin en apothéose pour celui qui passera le témoin à son assistant néerlandais Michel van den Heuvel. "Ce serait une énorme satisfaction, la cerise sur le gâteau. Mais même si nous échouons, cela n'effacera pas toutes les grandes choses déjà réalisées. Je pense que c'est un privilège de travailler avec ces joueurs. Honnêtement, j'essaie simplement de ne pas trop me préoccuper du fait que ce soit ma dernière", a avoué Shane McLeod.