"C'est un jour très triste pour le sport, mais en même temps c'est un jour important pour les sportifs propres", a déclaré lors d'une conférence de presse téléphonique la double championne olympique de natation.

Coventry a espéré que le CIO qui réunit mardi son comité exécutif suivrait la recommandation de l'Agence mondiale antidopage, qui a réclamé l'exclusion de la Russie des JO de Rio (du 5 au 21 août).

"C'est un moment extrêmement important pour le sport, les athlètes dans le monde entier ont le plus grand respect pour le CIO et j'espère que cela sera toujours le cas", a-t-elle ajouté. "Je ne veux pas me retrouver à Rio, comme les autres athlètes qui respectent les règles antidopage, dans la situation où, si le CIO ne choisit pas la sanction la plus forte, je doive me poser des questions" sur certains adversaires, a dit la triple champion du monde.

De son côté, la Canadienne Beckie Scott, championne olympique 2002 de ski de fond et présidente de la commission des athlètes de l'AMA, a estimé que le rapport McLaren "rendait enfin un petit peu justice" aux athlètes propres. "Nous réclamions un tel rapport depuis novembre et les premières accusations portant sur l'athlétisme", a-t-elle rappelé.

"C'est un jour important, même si ce rapport est choquant. Nous sommes bouleversés, en tant que comité, des niveaux sans précédents atteints par le dopage et la subversion en Russie", a souligné Scott.

Dans son rapport d'enquête commandé par l'AMA, le juriste canadien Richard McLaren a mis en évidence que les laboratoires antidopage de Moscou et Sotchi avaient protégé les sportifs russes dopés, dans le cadre d'un "système de dopage d'Etat sécurisé", durant les JO d'hiver de Sotchi en 2014.

Il a également dénoncé le recours au dopage entre 2011 et 2015 dans tous les sports sous la supervision des autorités russes.

"C'est un jour très triste pour le sport, mais en même temps c'est un jour important pour les sportifs propres", a déclaré lors d'une conférence de presse téléphonique la double championne olympique de natation. Coventry a espéré que le CIO qui réunit mardi son comité exécutif suivrait la recommandation de l'Agence mondiale antidopage, qui a réclamé l'exclusion de la Russie des JO de Rio (du 5 au 21 août). "C'est un moment extrêmement important pour le sport, les athlètes dans le monde entier ont le plus grand respect pour le CIO et j'espère que cela sera toujours le cas", a-t-elle ajouté. "Je ne veux pas me retrouver à Rio, comme les autres athlètes qui respectent les règles antidopage, dans la situation où, si le CIO ne choisit pas la sanction la plus forte, je doive me poser des questions" sur certains adversaires, a dit la triple champion du monde. De son côté, la Canadienne Beckie Scott, championne olympique 2002 de ski de fond et présidente de la commission des athlètes de l'AMA, a estimé que le rapport McLaren "rendait enfin un petit peu justice" aux athlètes propres. "Nous réclamions un tel rapport depuis novembre et les premières accusations portant sur l'athlétisme", a-t-elle rappelé. "C'est un jour important, même si ce rapport est choquant. Nous sommes bouleversés, en tant que comité, des niveaux sans précédents atteints par le dopage et la subversion en Russie", a souligné Scott. Dans son rapport d'enquête commandé par l'AMA, le juriste canadien Richard McLaren a mis en évidence que les laboratoires antidopage de Moscou et Sotchi avaient protégé les sportifs russes dopés, dans le cadre d'un "système de dopage d'Etat sécurisé", durant les JO d'hiver de Sotchi en 2014. Il a également dénoncé le recours au dopage entre 2011 et 2015 dans tous les sports sous la supervision des autorités russes.