Le 31 juillet 1996, sur la piste d'Atlanta où se déroule la XXVIe olympiade de l'ère moderne, Marc Dollendorf s'apprête à disputer les demi-finales du 400 mètres haies. Le natif de Saint-Vith dans les Cantons de l'est, réalise la course de sa vie puisqu'il bat le record de Belgique en 48"91. Un chrono fantastique qui ne lui permet cependant pas d'obtenir mieux qu'une 14e place au total des deux séries. Il n'obtient donc pas sa qualification pour la finale, remportée par l'Américain Derrick Adkins en 47"54.

A défaut d'avoir remporté des médailles sur la scène internationale, Dollendorf aura conservé la marque de référence sur la distance pendant pratiquement 26 ans, jusqu'à ce 14 juin, où Julien Watrin a couru un centième plus rapidement lors du meeting de Berne. Le sprinteur, qui n'avait que 3 ans lorsque Dollendortf avait réalisé son record, a également réussi le chrono qualificatif pour participer aux prochains Mondiaux d'Eugene (15-24 juillet), fixé justement à 48.90. Julien Watrin était déjà qualifié pour l'Euro de Munich, en août.

Le record de Marc Dollendorf n'était cependant pas le plus ancien de l'athlétisme belge. D'autres marques de référence ont traversé les décennies.

Patrick Stevens était de la partie quand Michael Johnson a battu le record du monde du 200 mètres à Atlanta., Getty Images/iStock
Patrick Stevens était de la partie quand Michael Johnson a battu le record du monde du 200 mètres à Atlanta. © Getty Images/iStock

Patrick Stevens sur 200 m, juste avant une finale olympique où Michael Johnson battra le record du monde

Celle de Patrick Stevens, sur le 200 mètres, fête aussi ses 26 ans. Le Limbourgeois, qui fut médaillé de bronze sur la distance lors des championnats d'Europe d'Helsinki en 1994, avait établi son record sur le double hectomètre en courant en 20"19, soit exactement une seconde de plus que la référence mondiale d'Usain Bolt réalisée à Berlin en 2009. C'est sur la piste de Rome, un 5 juin 1996, que Stevens a réalisé sa performance afin de se rassurer avant les JO d'Atlanta, où contrairement à Dollendorf, il disputera la finale olympique remportée de main de maître par Michael Johnson.

L'Américain allait battre le record du monde à cette occasion avec un chrono de 19"32. Stevens prenait la 7e place (sur 8) en 20"27, soit 8 centièmes de plus que son record de Belgique.

William Van Dijck et la fabuleuse année 1986 sur 3000 m steeple

Le Louvaniste William Van Dijck a été l'athlète de référence en Belgique sur le 3000 mètres steeple dans les années 80 et au début des années 90. Il a ainsi remporté le titre de champion de Belgique à 11 reprises entre 1983 et 1994, même s'il s'est aussi offert le titre national sur 10.000 en 1993. Van Dijck a écrit une belle page de l'athlétisme belge en devenant le premier des nôtres à remporter une médaille lors des championnats du monde d'athlétisme. C'était celle de bronze, à Rome, en 1987.

Le Louvaniste a pris part à trois olympiades au cours de sa carrière. Il fut demi-finaliste en 1984 et terminera 5e de la finale à Séoul en 1988 et 9e en 1992, à Barcelone. Il aurait pu espérer un titre européen en 1986, alors qu'il était annoncé comme le grand favori de l'épreuve, mais il devra se contenter d'une cinquième place. Sa patience sera récompensée, puisque c'est au crépuscule de sa carrière qu'il gagne la médaille de bronze, en 1994, à Helsinki.

En 1986, William Van Dijck enflamme le Mémorial Van Damme en signant la meilleure performance mondiale de l'année avec un chrono de 8'10"01. Ce record de Belgique a conclu en beauté l'année du Brabançon qui sera élu "sportif de l'année" et se verra remettre le "Trophée National du mérite sportif".

Ronald Desruelles, le destin tragique d'un recordman du 100 m

Il y a sept ans, Ronald Desruelles était retrouvé pendu à Patong, en Thaïlande. Agé de 60 ans, il s'était donné la mort dans une résidence hôtelière où il s'était reconverti dans la restauration. L'ancien athlète était criblé de dettes et n'était plus en mesure de payer ses loyers et les salaires de ses employées, selon le quotidien Phuket Gazette.

Au cours de sa carrière, Ronald Desruelles avait notamment obtenu, au championnat d'Europe d'athlétisme, une médaille d'argent en saut en longueur en 1978 ou encore une médaille d'or sur le sprint court de 60m en 1986.

L'Anversois, lauréat du Spike d'Or en 1979 (on ne pouvait l'obtenir à l'époque qu'une seule fois dans une carrière), est le frère aîné de Patrick Desruelles, multiple champion de saut à la perche. Ronald avait participé aux JO de Montréal en 1976 et de Los Angeles en 1984.

Ronald Desruelles est surtout encore le détenteur du record de Belgique sur 100m. En 1985, à Naimette, il courait l'hectomètre en 10.02 secondes. Un record vieux de 37 ans désormais.

Ivo Van Damme, un record aussi éternel que le Mémorial qui porte désormais son nom

Le plus ancien des records des athlètes masculins belges revient inévitablement à l'une des légendes du sport noir-jaune-rouge: Ivo Van Damme. Et quel plus beau cadre que la piste de Montréal et une médaille d'argent olympique pour s'offrir la marque de référence sur le 800 mètres. Ce 25 juillet 1976, le Bruxellois n'avait probablement que l'or comme unique obsession.

Ivo Van Damme lors du 800 m de 1976 des JO de Montréal où il sera battu par le Cubain Alberto Juantorena., Getty Images/iStock
Ivo Van Damme lors du 800 m de 1976 des JO de Montréal où il sera battu par le Cubain Alberto Juantorena. © Getty Images/iStock

"Avant cette dernière, Ivo m'a dit : "Je suis le meilleur, donc je vais gagner", racontait un jour son ami Paul Thys, spécialiste du 3000 m steeple et du 5000 m, qui participait aussi aux JO de Montréal. Pas de bluff, Van Damme était vraiment convaincu.

Cependant, peu de personnes dans la délégation belge s'attendaient à ce qu'il remporte une médaille. Ivo Van Damme a presque été à la hauteur de ses ambitions. Derrière Alberto Juantorena, qui a été en tête pendant presque toute la course, il a terminé deuxième, juste devant l'Américain Rick Wolhuter. Il a surtout décroché le meilleur temps belge de tous les temps : 1.43.86, soit 36 centièmes de plus que El Caballo (Le Cheval) Juantorena.

Vainqueur d'une autre médaille d'argent sur le 1500 mètres, Ivo Van Damme perdra surtout tragiquement la vie à la fin de cette année 1976, alors qu'il rentrait d'un stage d'entraînement dans le sud de la France. Quelques jours avant le drame, il avait reçu le "Trophée national du Mérite sportif" et avait été élu "Sportif belge de l'année". Depuis lors, le Mémorial de Bruxelles porte son nom.

Le 31 juillet 1996, sur la piste d'Atlanta où se déroule la XXVIe olympiade de l'ère moderne, Marc Dollendorf s'apprête à disputer les demi-finales du 400 mètres haies. Le natif de Saint-Vith dans les Cantons de l'est, réalise la course de sa vie puisqu'il bat le record de Belgique en 48"91. Un chrono fantastique qui ne lui permet cependant pas d'obtenir mieux qu'une 14e place au total des deux séries. Il n'obtient donc pas sa qualification pour la finale, remportée par l'Américain Derrick Adkins en 47"54. A défaut d'avoir remporté des médailles sur la scène internationale, Dollendorf aura conservé la marque de référence sur la distance pendant pratiquement 26 ans, jusqu'à ce 14 juin, où Julien Watrin a couru un centième plus rapidement lors du meeting de Berne. Le sprinteur, qui n'avait que 3 ans lorsque Dollendortf avait réalisé son record, a également réussi le chrono qualificatif pour participer aux prochains Mondiaux d'Eugene (15-24 juillet), fixé justement à 48.90. Julien Watrin était déjà qualifié pour l'Euro de Munich, en août. Le record de Marc Dollendorf n'était cependant pas le plus ancien de l'athlétisme belge. D'autres marques de référence ont traversé les décennies.Celle de Patrick Stevens, sur le 200 mètres, fête aussi ses 26 ans. Le Limbourgeois, qui fut médaillé de bronze sur la distance lors des championnats d'Europe d'Helsinki en 1994, avait établi son record sur le double hectomètre en courant en 20"19, soit exactement une seconde de plus que la référence mondiale d'Usain Bolt réalisée à Berlin en 2009. C'est sur la piste de Rome, un 5 juin 1996, que Stevens a réalisé sa performance afin de se rassurer avant les JO d'Atlanta, où contrairement à Dollendorf, il disputera la finale olympique remportée de main de maître par Michael Johnson. L'Américain allait battre le record du monde à cette occasion avec un chrono de 19"32. Stevens prenait la 7e place (sur 8) en 20"27, soit 8 centièmes de plus que son record de Belgique. Le Louvaniste William Van Dijck a été l'athlète de référence en Belgique sur le 3000 mètres steeple dans les années 80 et au début des années 90. Il a ainsi remporté le titre de champion de Belgique à 11 reprises entre 1983 et 1994, même s'il s'est aussi offert le titre national sur 10.000 en 1993. Van Dijck a écrit une belle page de l'athlétisme belge en devenant le premier des nôtres à remporter une médaille lors des championnats du monde d'athlétisme. C'était celle de bronze, à Rome, en 1987. Le Louvaniste a pris part à trois olympiades au cours de sa carrière. Il fut demi-finaliste en 1984 et terminera 5e de la finale à Séoul en 1988 et 9e en 1992, à Barcelone. Il aurait pu espérer un titre européen en 1986, alors qu'il était annoncé comme le grand favori de l'épreuve, mais il devra se contenter d'une cinquième place. Sa patience sera récompensée, puisque c'est au crépuscule de sa carrière qu'il gagne la médaille de bronze, en 1994, à Helsinki.En 1986, William Van Dijck enflamme le Mémorial Van Damme en signant la meilleure performance mondiale de l'année avec un chrono de 8'10"01. Ce record de Belgique a conclu en beauté l'année du Brabançon qui sera élu "sportif de l'année" et se verra remettre le "Trophée National du mérite sportif".Il y a sept ans, Ronald Desruelles était retrouvé pendu à Patong, en Thaïlande. Agé de 60 ans, il s'était donné la mort dans une résidence hôtelière où il s'était reconverti dans la restauration. L'ancien athlète était criblé de dettes et n'était plus en mesure de payer ses loyers et les salaires de ses employées, selon le quotidien Phuket Gazette.Au cours de sa carrière, Ronald Desruelles avait notamment obtenu, au championnat d'Europe d'athlétisme, une médaille d'argent en saut en longueur en 1978 ou encore une médaille d'or sur le sprint court de 60m en 1986. L'Anversois, lauréat du Spike d'Or en 1979 (on ne pouvait l'obtenir à l'époque qu'une seule fois dans une carrière), est le frère aîné de Patrick Desruelles, multiple champion de saut à la perche. Ronald avait participé aux JO de Montréal en 1976 et de Los Angeles en 1984.Ronald Desruelles est surtout encore le détenteur du record de Belgique sur 100m. En 1985, à Naimette, il courait l'hectomètre en 10.02 secondes. Un record vieux de 37 ans désormais.Le plus ancien des records des athlètes masculins belges revient inévitablement à l'une des légendes du sport noir-jaune-rouge: Ivo Van Damme. Et quel plus beau cadre que la piste de Montréal et une médaille d'argent olympique pour s'offrir la marque de référence sur le 800 mètres. Ce 25 juillet 1976, le Bruxellois n'avait probablement que l'or comme unique obsession. "Avant cette dernière, Ivo m'a dit : "Je suis le meilleur, donc je vais gagner", racontait un jour son ami Paul Thys, spécialiste du 3000 m steeple et du 5000 m, qui participait aussi aux JO de Montréal. Pas de bluff, Van Damme était vraiment convaincu. Cependant, peu de personnes dans la délégation belge s'attendaient à ce qu'il remporte une médaille. Ivo Van Damme a presque été à la hauteur de ses ambitions. Derrière Alberto Juantorena, qui a été en tête pendant presque toute la course, il a terminé deuxième, juste devant l'Américain Rick Wolhuter. Il a surtout décroché le meilleur temps belge de tous les temps : 1.43.86, soit 36 centièmes de plus que El Caballo (Le Cheval) Juantorena.Vainqueur d'une autre médaille d'argent sur le 1500 mètres, Ivo Van Damme perdra surtout tragiquement la vie à la fin de cette année 1976, alors qu'il rentrait d'un stage d'entraînement dans le sud de la France. Quelques jours avant le drame, il avait reçu le "Trophée national du Mérite sportif" et avait été élu "Sportif belge de l'année". Depuis lors, le Mémorial de Bruxelles porte son nom.