Cette mesure avait en réalité déjà été décidée pour les compétitions internationales masculines il y a plus de trois ans par l'AIBA (Association internationale de boxe amateur), mais devait encore être approuvée par le Comité international olympique pour ce qui concerne les Jeux olympiques. Or le comité exécutif du CIO a précisément annoncé ce mercredi qu'il revenait à l'AIBA de faire appliquer ses règles cet été au Brésil.

Par contre, le port du casque restera en vigueur dans le tournoi féminin, dont ce sera la 2e édition à Rio.

Contre toute attente, le fait de ne pas porter de casque entraîne une diminution de 43% du nombre de commotions cérébrales. "Nous sommes profondément satisfait du fait que les boxeurs ne portent pas de casque à Rio. C'est quelque chose que nos boxeurs et les fans de boxe du monde entier attendaient", a réagi le président de l'AIBA, Wu Ching-Kuo.

"L'AIBA nous a fourni des données médicales et techniques démontrant que le nombre de commotions cérébrales est moins élevé sans le casque protecteur", a confirmé le porte-parole du CIO, Mark Adams.

Les boxeurs portaient le casque depuis les Jeux de Los Angeles en 1984. Lors des Mondiaux de 2013 à Almaty, ils ont de nouveau pu combattre battre sans protection à la tête, tout comme aux Jeux du Commonwealth de 2014.

Par contre, les boxeurs sont plus sujets aux coupures sans casque protecteur.

Et les boxeurs professionnels ?

Le CIO a en revanche précisé que la question d'accueillir les boxeurs professionnels, également posée par le président de l'AIBA Ching-Kuo Wu, n'avait pas été abordée. Ce dernier a dès lors décidé que le sujet serait évoqué lors d'une réunion extraordinaire de l'AIBA en mai, et qu'il appartiendrait à chaque fédération nationale de décider d'envoyer ou non des boxeurs professionnels. Au sein des associations qui choisiront cette option, les boxeurs devront se qualifier afin d'obtenir leur billet pour les Jeux.

Selon le président de l'AIBA, le Taïwanais Wu Ching-Kuo, une telle réforme serait souhaitable car elle permettrait que les meilleurs boxeurs puissent concourir aux JO. "C'est sans aucun doute la bonne chose à faire, pour accroître la possibilité pour les boxeurs professionnels" de participer aux jeux Olympiques, a-t-il estimé. Ce serait "très bénéfique pour la boxe aux JO", a-t-il ajouté, se montrant confiant sur les chances que cette proposition, élaborée en consultation avec les confédérations membres de l'AIBA, soit adoptée.

Si tel était le cas, les plus grands noms de la boxe, comme l'Américain Floyd Mayweather, pourraient être sélectionnés par leur pays pour participer aux Jeux de Rio. Le boxeur philippin Manny Pacquiao a quant à lui déjà déclaré que ce serait "un honneur" de combattre pour son pays à Rio de Janeiro, si cette mesure était adoptée.

Cette mesure avait en réalité déjà été décidée pour les compétitions internationales masculines il y a plus de trois ans par l'AIBA (Association internationale de boxe amateur), mais devait encore être approuvée par le Comité international olympique pour ce qui concerne les Jeux olympiques. Or le comité exécutif du CIO a précisément annoncé ce mercredi qu'il revenait à l'AIBA de faire appliquer ses règles cet été au Brésil. Par contre, le port du casque restera en vigueur dans le tournoi féminin, dont ce sera la 2e édition à Rio. Contre toute attente, le fait de ne pas porter de casque entraîne une diminution de 43% du nombre de commotions cérébrales. "Nous sommes profondément satisfait du fait que les boxeurs ne portent pas de casque à Rio. C'est quelque chose que nos boxeurs et les fans de boxe du monde entier attendaient", a réagi le président de l'AIBA, Wu Ching-Kuo."L'AIBA nous a fourni des données médicales et techniques démontrant que le nombre de commotions cérébrales est moins élevé sans le casque protecteur", a confirmé le porte-parole du CIO, Mark Adams. Les boxeurs portaient le casque depuis les Jeux de Los Angeles en 1984. Lors des Mondiaux de 2013 à Almaty, ils ont de nouveau pu combattre battre sans protection à la tête, tout comme aux Jeux du Commonwealth de 2014.Par contre, les boxeurs sont plus sujets aux coupures sans casque protecteur. Et les boxeurs professionnels ?Le CIO a en revanche précisé que la question d'accueillir les boxeurs professionnels, également posée par le président de l'AIBA Ching-Kuo Wu, n'avait pas été abordée. Ce dernier a dès lors décidé que le sujet serait évoqué lors d'une réunion extraordinaire de l'AIBA en mai, et qu'il appartiendrait à chaque fédération nationale de décider d'envoyer ou non des boxeurs professionnels. Au sein des associations qui choisiront cette option, les boxeurs devront se qualifier afin d'obtenir leur billet pour les Jeux. Selon le président de l'AIBA, le Taïwanais Wu Ching-Kuo, une telle réforme serait souhaitable car elle permettrait que les meilleurs boxeurs puissent concourir aux JO. "C'est sans aucun doute la bonne chose à faire, pour accroître la possibilité pour les boxeurs professionnels" de participer aux jeux Olympiques, a-t-il estimé. Ce serait "très bénéfique pour la boxe aux JO", a-t-il ajouté, se montrant confiant sur les chances que cette proposition, élaborée en consultation avec les confédérations membres de l'AIBA, soit adoptée. Si tel était le cas, les plus grands noms de la boxe, comme l'Américain Floyd Mayweather, pourraient être sélectionnés par leur pays pour participer aux Jeux de Rio. Le boxeur philippin Manny Pacquiao a quant à lui déjà déclaré que ce serait "un honneur" de combattre pour son pays à Rio de Janeiro, si cette mesure était adoptée.