Le juge Desmond Nair n'a pas suivi le réquisitoire du procureur. Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa petite amie, Reeva Steenkamp, pourra être libéré sous caution. L'athlète sud-africain, en larmes pendant l'audience, ne restera donc pas en prison jusqu'à la tenue de son procès. Au moment de la décision un grand "Yes" s'est fait entendre dans le public. On ignore le montant de la caution.

"Je suis arrivé à la conclusion que l'accusé a présenté un dossier qui permet sa libération sous caution", a déclaré le juge. Il a estimé non recevable, les risques de fuite à l'étranger. Selon lui, Oscar Pistorius est non seulement très attaché à ses proches, mais sa santé et le fait que son passeport lui sera retiré éloignent cette hypothèse.

Selon lui, l'accusation a également échoué à prouver que Pistorius avait une tendance à la violence et que sa libération sous caution pourrait entrainer un trouble à l'odre plublic. Mais "accorder une caution ne préjuge pas de la culpaiblité. Elle se décide en fonction de l'intérêt de la justice", a-t-il déclaré pendant l'audience.

Le procureur s'était prononcé contre une libération sous caution

Plus tôt dans la matinée, le procureur s'était prononcé contre une libération conditionnelle, craignant que l'ancien champion ne prenne la fuite à l'étranger. En effet, si sa famille réside en Afrique du Sud, Oscar Pistorius a admis au cours de l'audience s'être fait des amis à l'étranger au cours de sa carrière. D'autant que selon l'accusation, l'athlète possède une maison en Italie. Gerrie Nel a appelé le juge à le traiter sans tenir compte de son amputation.

Oscar Pistorius a nié tout au long de l'audience avoir prémédité ce crime. Il a expliqué devant la cour avoir pris sa petite amie pour un voleur caché dans la salle de bain. Son avocat, Me Barry Roux, a même rejeté à plusieurs reprises le terme "meurtre". Mais tout au long de l'audience, l'accusation s'est astreint à démonter cette version des faits. Selon les avocats de la famille de Reeva Steenkamp, des voisins auraient entendu des cris la nuit du meurtre. Par ailleurs, une batte pleine de sang a été retrouvée sur les lieux du crime.

Le juge Desmond Nair n'a pas suivi le réquisitoire du procureur. Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa petite amie, Reeva Steenkamp, pourra être libéré sous caution. L'athlète sud-africain, en larmes pendant l'audience, ne restera donc pas en prison jusqu'à la tenue de son procès. Au moment de la décision un grand "Yes" s'est fait entendre dans le public. On ignore le montant de la caution. "Je suis arrivé à la conclusion que l'accusé a présenté un dossier qui permet sa libération sous caution", a déclaré le juge. Il a estimé non recevable, les risques de fuite à l'étranger. Selon lui, Oscar Pistorius est non seulement très attaché à ses proches, mais sa santé et le fait que son passeport lui sera retiré éloignent cette hypothèse. Selon lui, l'accusation a également échoué à prouver que Pistorius avait une tendance à la violence et que sa libération sous caution pourrait entrainer un trouble à l'odre plublic. Mais "accorder une caution ne préjuge pas de la culpaiblité. Elle se décide en fonction de l'intérêt de la justice", a-t-il déclaré pendant l'audience. Le procureur s'était prononcé contre une libération sous caution Plus tôt dans la matinée, le procureur s'était prononcé contre une libération conditionnelle, craignant que l'ancien champion ne prenne la fuite à l'étranger. En effet, si sa famille réside en Afrique du Sud, Oscar Pistorius a admis au cours de l'audience s'être fait des amis à l'étranger au cours de sa carrière. D'autant que selon l'accusation, l'athlète possède une maison en Italie. Gerrie Nel a appelé le juge à le traiter sans tenir compte de son amputation. Oscar Pistorius a nié tout au long de l'audience avoir prémédité ce crime. Il a expliqué devant la cour avoir pris sa petite amie pour un voleur caché dans la salle de bain. Son avocat, Me Barry Roux, a même rejeté à plusieurs reprises le terme "meurtre". Mais tout au long de l'audience, l'accusation s'est astreint à démonter cette version des faits. Selon les avocats de la famille de Reeva Steenkamp, des voisins auraient entendu des cris la nuit du meurtre. Par ailleurs, une batte pleine de sang a été retrouvée sur les lieux du crime.