"Je pense que c'est une décision normale", a déclaré Mestdagh à l'agence Belga mercredi matin. "Quand on voit ce qu'elle a fait endurer à son corps pendant toutes ces années, c'était quelque chose d'attendu."

Gênée par de récurrents problèmes au genou, Wauters fait tout pour être en pleine possession de ses moyens pour le rendez-vous tokyoïte. "Ce sera dur pour son corps mais elle va tout faire pour arriver à Tokyo en forme. Ce serait énorme pour elle", a ajouté le coach des Belgian Cats. "Terminer aux Jeux serait aussi le summum pour une joueuse qui a tout gagné. Il n'y a rien de plus beau. Tokyo sera le dernier exploit d'Ann Wauters".

Philip Mestdagh a vu une amélioration chez sa joueuse en novembre lors des deux victoires des Cats contre l'Ukraine et la Finlande sur la route vers l'Euro 2021. L'intérieure avait successivement joué 15 et 18 minutes. "C'était déjà bien mieux et son niveau a encore évolué depuis lors". Mi-novembre, Wauters a d'ailleurs retrouvé la formation turque de Kayseri, elle qui n'avait plus de club depuis décembre 2017.

Avec Emma Meesseman, la Belgique compte deux atouts majeurs dans son jeu. "Pour un petit coach comme moi, c'est tout bonnement fantastique d'avoir des joueuses comme ça dans l'équipe. Elles donnent toujours beaucoup pour l'équipe et le niveau est évidemment bien supérieur quand elles sont présentes."

Pour rejoindre la capitale japonaise, les Belges devront décrocher leur ticket lors du tournoi de qualification olympique prévu à Ostende du 6 au 9 février. Les Belgian Cats (FIBA 9) défieront le Canada (FIBA 4), le Japon (FIBA 10) et la Suède (FIBA 22) le dimanche 9 février (15h). Les Belges devront terminer à une des deux premières places pour assurer leur qualification. Une troisième place peut également suffire si le Japon, pays hôte des JO et donc déjà qualifié, termine devant.

"Ann Wauters sera là contre le Canada et la Suède, c'est sûr", a lancé Mestdagh. "Nous verrons par contre pour la rencontre face au Japon car c'est une équipe avec un style très différent. Elles n'ont pas de vrai pivot et leur jeu est basé sur la rapidité et les pénétrations", a analysé le sélectionneur national, ravi de pouvoir se produire au Versluys Dome devant un public qui a répondu présent. "Je m'attends à une belle ambiance, c'est vraiment chouette."

Ann Wauters, opéré au genou en décembre 2017 et début 2019, possède le palmarès le plus étoffé du basket féminin belge. Elle a notamment remporté quatre fois l'Euroligue et une fois l'Eurocoupe, en 2015, avec Villeneuve-d'Ascq en battant Castors Braine en finale. Elle a aussi été championne en WNBA en 2016 avec les Los Angeles Sparks.

"Je pense que c'est une décision normale", a déclaré Mestdagh à l'agence Belga mercredi matin. "Quand on voit ce qu'elle a fait endurer à son corps pendant toutes ces années, c'était quelque chose d'attendu." Gênée par de récurrents problèmes au genou, Wauters fait tout pour être en pleine possession de ses moyens pour le rendez-vous tokyoïte. "Ce sera dur pour son corps mais elle va tout faire pour arriver à Tokyo en forme. Ce serait énorme pour elle", a ajouté le coach des Belgian Cats. "Terminer aux Jeux serait aussi le summum pour une joueuse qui a tout gagné. Il n'y a rien de plus beau. Tokyo sera le dernier exploit d'Ann Wauters". Philip Mestdagh a vu une amélioration chez sa joueuse en novembre lors des deux victoires des Cats contre l'Ukraine et la Finlande sur la route vers l'Euro 2021. L'intérieure avait successivement joué 15 et 18 minutes. "C'était déjà bien mieux et son niveau a encore évolué depuis lors". Mi-novembre, Wauters a d'ailleurs retrouvé la formation turque de Kayseri, elle qui n'avait plus de club depuis décembre 2017. Avec Emma Meesseman, la Belgique compte deux atouts majeurs dans son jeu. "Pour un petit coach comme moi, c'est tout bonnement fantastique d'avoir des joueuses comme ça dans l'équipe. Elles donnent toujours beaucoup pour l'équipe et le niveau est évidemment bien supérieur quand elles sont présentes." Pour rejoindre la capitale japonaise, les Belges devront décrocher leur ticket lors du tournoi de qualification olympique prévu à Ostende du 6 au 9 février. Les Belgian Cats (FIBA 9) défieront le Canada (FIBA 4), le Japon (FIBA 10) et la Suède (FIBA 22) le dimanche 9 février (15h). Les Belges devront terminer à une des deux premières places pour assurer leur qualification. Une troisième place peut également suffire si le Japon, pays hôte des JO et donc déjà qualifié, termine devant. "Ann Wauters sera là contre le Canada et la Suède, c'est sûr", a lancé Mestdagh. "Nous verrons par contre pour la rencontre face au Japon car c'est une équipe avec un style très différent. Elles n'ont pas de vrai pivot et leur jeu est basé sur la rapidité et les pénétrations", a analysé le sélectionneur national, ravi de pouvoir se produire au Versluys Dome devant un public qui a répondu présent. "Je m'attends à une belle ambiance, c'est vraiment chouette." Ann Wauters, opéré au genou en décembre 2017 et début 2019, possède le palmarès le plus étoffé du basket féminin belge. Elle a notamment remporté quatre fois l'Euroligue et une fois l'Eurocoupe, en 2015, avec Villeneuve-d'Ascq en battant Castors Braine en finale. Elle a aussi été championne en WNBA en 2016 avec les Los Angeles Sparks.