"Le CIO reste pleinement engagé vis-à-vis des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et, à un peu plus de quatre mois de l'ouverture de ces Jeux, il n'est pas nécessaire de prendre de décisions radicales et toute spéculation à ce stade serait contre-productive", a publié le CIO qui a tenu mardi matin une réunion par téléconférence de sa Commission exécutive et qui demeure "pleinement engagé" concernant les Jeux prévus cet été du 24 juillet au 9 août au Japon.

Le CIO s'est entretenu mardi avec les fédérations internationales des sports olympiques d'été. Celles avec les Comités Nationaux Olympiques (CNO), les représentants des athlètes, le Comité International Paralympique (IPC), d'autres Fédérations Internationales (FI) et d'autres parties prenantes suivront dans les prochains jours, a précisé l'instance olympique.

"Il s'agit là d'une situation sans précédent pour le monde entier et nos pensées vont à tous ceux qui sont touchés par cette crise. Nous sommes solidaires avec l'ensemble de la société afin de faire tout notre possible pour contenir le virus", a assuré le CIO "confiant que les nombreuses mesures prises par les autorités dans le monde entier aideront à contenir la situation quant au virus du Covid-19", avec le soutien des dirigeants du G7, comme l'a exprimé le premier ministre japonais, Abe Shinzo. "Je veux que les Jeux Olympiques et Paralympiques se déroulent à la perfection, comme preuve que l'humanité aura su vaincre le nouveau coronavirus, et j'ai pour cela le soutien des dirigeants du G7".

Le CIO continuera de suivre la situation 24 heures sur 24 et sept jours sur sept avec son groupe de travail composé, depuis février, du CIO, de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), du comité d'organisation de Tokyo 2020, des autorités japonaises et du gouvernement métropolitain de Tokyo.

Pour l'heure, 57% des quelques 11.000 athlètes sont qualifiés. "Pour les 43 % de places restantes, le CIO travaillera avec les FI afin d'apporter les modifications pratiques nécessaires à leurs systèmes de qualification respectifs", a assuré le CIO conscient que dans certains pays, les athlètes ont du mal à poursuivre leur programme d'entraînement habituel.

"Toutes les places de qualification déjà attribuées à ce jour restent allouées aux CNO et aux athlètes qui les ont obtenues et il est toujours possible d'utiliser les épreuves de qualification existantes et programmées lorsque celles-ci assurent un accès équitable à tous les athlètes et équipes", a rappelé d'abord le CIO qui prévoit des adaptations aux systèmes de qualification quand cela sera nécessaire sur base des résultats et/ou classements existants. "Une augmentation du quota d'athlètes sera envisagée au cas par cas dans des circonstances exceptionnelles, avec le concours du comité d'organisation de Tokyo 2020", promet encore le Comité International Olympique.

Au moment même où l'UEFA annonçait le report d'un an de l'Euro de football prévu en juin et juillet 2020, le CIO ne dévie donc pas de sa route malgré le scepticisme qui monte au Japon et l'appel de plusieurs sportifs à reporter ces JO.

"Le CIO reste pleinement engagé vis-à-vis des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et, à un peu plus de quatre mois de l'ouverture de ces Jeux, il n'est pas nécessaire de prendre de décisions radicales et toute spéculation à ce stade serait contre-productive", a publié le CIO qui a tenu mardi matin une réunion par téléconférence de sa Commission exécutive et qui demeure "pleinement engagé" concernant les Jeux prévus cet été du 24 juillet au 9 août au Japon. Le CIO s'est entretenu mardi avec les fédérations internationales des sports olympiques d'été. Celles avec les Comités Nationaux Olympiques (CNO), les représentants des athlètes, le Comité International Paralympique (IPC), d'autres Fédérations Internationales (FI) et d'autres parties prenantes suivront dans les prochains jours, a précisé l'instance olympique. "Il s'agit là d'une situation sans précédent pour le monde entier et nos pensées vont à tous ceux qui sont touchés par cette crise. Nous sommes solidaires avec l'ensemble de la société afin de faire tout notre possible pour contenir le virus", a assuré le CIO "confiant que les nombreuses mesures prises par les autorités dans le monde entier aideront à contenir la situation quant au virus du Covid-19", avec le soutien des dirigeants du G7, comme l'a exprimé le premier ministre japonais, Abe Shinzo. "Je veux que les Jeux Olympiques et Paralympiques se déroulent à la perfection, comme preuve que l'humanité aura su vaincre le nouveau coronavirus, et j'ai pour cela le soutien des dirigeants du G7". Le CIO continuera de suivre la situation 24 heures sur 24 et sept jours sur sept avec son groupe de travail composé, depuis février, du CIO, de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), du comité d'organisation de Tokyo 2020, des autorités japonaises et du gouvernement métropolitain de Tokyo. Pour l'heure, 57% des quelques 11.000 athlètes sont qualifiés. "Pour les 43 % de places restantes, le CIO travaillera avec les FI afin d'apporter les modifications pratiques nécessaires à leurs systèmes de qualification respectifs", a assuré le CIO conscient que dans certains pays, les athlètes ont du mal à poursuivre leur programme d'entraînement habituel. "Toutes les places de qualification déjà attribuées à ce jour restent allouées aux CNO et aux athlètes qui les ont obtenues et il est toujours possible d'utiliser les épreuves de qualification existantes et programmées lorsque celles-ci assurent un accès équitable à tous les athlètes et équipes", a rappelé d'abord le CIO qui prévoit des adaptations aux systèmes de qualification quand cela sera nécessaire sur base des résultats et/ou classements existants. "Une augmentation du quota d'athlètes sera envisagée au cas par cas dans des circonstances exceptionnelles, avec le concours du comité d'organisation de Tokyo 2020", promet encore le Comité International Olympique.Au moment même où l'UEFA annonçait le report d'un an de l'Euro de football prévu en juin et juillet 2020, le CIO ne dévie donc pas de sa route malgré le scepticisme qui monte au Japon et l'appel de plusieurs sportifs à reporter ces JO.