"S'il décide de courir et parvient à atteindre les minimas de qualification qu'un athlète doit réaliser pour les Mondiaux, il doit y aller", a déclaré Peet van Zyl. "C'est évidemment une chose que nous allons devoir envisager et approfondir. Si, et seulement si il décide de revenir à la course, et il est le seul qui va en décider. Il n'est pas sous pression ni dans l'obligation de ma part en tant que coach", a-t-il ajouté. Les Mondiaux d'athlétisme doivent se tenir cette année du 10 au 18 août à Moscou et Pistorius y affronterait des athlètes valides, comme aux JO de Londres 2012.

"Son entraîneur va regarder ça maintenant, et ils vont prendre une décision. Tout dépend de la vitesse avec laquelle il peut récupérer une condition physique digne de la compétition", a indiqué Henke, le père de Pistorius, qui n'était pas au courant des projets exacts de son fils.

La star paralympique sud-africaine reste accusé du meurtre de sa compagne, Reeva Steeenkamp, abattue de 4 balles de 9 mm chez lui le jour de la Saint-Valentin. Son procès pourrait débuter au mieux avant la fin de l'année, la date de début devant être fixée lors d'une audience le 4 juin.

Défendu par un redoutable avocat, Pistorius, 26 ans, a obtenu le 22 février sa libération sous caution puis l'allègement des contrôles draconiens qui lui avaient été imposés en échange de cette liberté. Il pourra notamment récupérer son passeport, à condition de dire sept jours à l'avance où il se rend, ce qui lui laisse la possibilité de reprendre la compétition.