L'accusé "est condamné à une peine maximum de cinq ans de prison", a déclaré la juge, qui en septembre l'avait reconnu coupable d'homicide involontaire. L'ancien champion a été conduit dès la fin de l'audience dans une cellule du palais de justice, d'où il devait être transféré directement en prison.

La magistrate est arrivée à cette conclusion après avoir pris en compte la gravité de la faute, mais également la personnalité et le handicap de l'accusé. "Une peine non carcérale enverrait un mauvais message à la société, mais par ailleurs, une longue peine d'incarcération ne serait pas appropriée non plus", a-t-elle dit dans ses attendus.

Bien qu'elle ait considéré, dans son verdict, que l'accusation n'avait pas réussi à prouver l'intention homicide, elle a considéré la gravité des faits: Oscar Pistorius "savait que les toilettes étaient un espace réduit et qu'il n'y avait aucun moyen de s'échapper pour la personne derrière la porte", a-t-elle dit. Pistorius a tiré quatre balles à hauteur d'homme à travers la porte fermée de ses toilettes, et a toujours affirmé qu'il croyait tirer sur un cambrioleur s'étant introduit en pleine nuit dans sa maison.

La juge a clairement rejeté les arguments de la défense sur la vulnérabilité de l'accusé, et sur l'impossibilité d'emprisonner un homme amputé des deux jambes. Les prisons sud-africaines, a-t-elle dit, sont en mesure de recevoir Oscar Pistorius, "un double amputé qui a besoin de soins psychologiques".

Elle a notamment rejeté sans ménagement le témoignage d'une experte citée par la défense, une fonctionnaire des services de probation, Annette Vergeer, qui était venue décrire les conditions déplorables des prisons. Son témoignage "vague, dépassé, mal informé, fait de généralisations et avec un a priori négatif sur les prisons de notre pays (...) ont eu un impact négatif sur sa crédibilité", a dit la magistrate.

Elle a revanche retenu comme valable le témoignage de Joel Modise, un haut fonctionnaire des services pénitentiaires, venu décrire les quartiers particuliers où peuvent être admis les handicapés.

La famille de Reeva Steenkamp s'est déclarée satisfaite de la peine infligée à Oscar Pistorius. "Oui, je suis très content", a déclaré aux journalistes Barry Steenkamp, le père de la victime, alors que l'avocat de la famille précisait: "Ils pensent que c'est correct, ils sont satisfaits de la sentence".

L'accusé "est condamné à une peine maximum de cinq ans de prison", a déclaré la juge, qui en septembre l'avait reconnu coupable d'homicide involontaire. L'ancien champion a été conduit dès la fin de l'audience dans une cellule du palais de justice, d'où il devait être transféré directement en prison.La magistrate est arrivée à cette conclusion après avoir pris en compte la gravité de la faute, mais également la personnalité et le handicap de l'accusé. "Une peine non carcérale enverrait un mauvais message à la société, mais par ailleurs, une longue peine d'incarcération ne serait pas appropriée non plus", a-t-elle dit dans ses attendus.Bien qu'elle ait considéré, dans son verdict, que l'accusation n'avait pas réussi à prouver l'intention homicide, elle a considéré la gravité des faits: Oscar Pistorius "savait que les toilettes étaient un espace réduit et qu'il n'y avait aucun moyen de s'échapper pour la personne derrière la porte", a-t-elle dit. Pistorius a tiré quatre balles à hauteur d'homme à travers la porte fermée de ses toilettes, et a toujours affirmé qu'il croyait tirer sur un cambrioleur s'étant introduit en pleine nuit dans sa maison.La juge a clairement rejeté les arguments de la défense sur la vulnérabilité de l'accusé, et sur l'impossibilité d'emprisonner un homme amputé des deux jambes. Les prisons sud-africaines, a-t-elle dit, sont en mesure de recevoir Oscar Pistorius, "un double amputé qui a besoin de soins psychologiques".Elle a notamment rejeté sans ménagement le témoignage d'une experte citée par la défense, une fonctionnaire des services de probation, Annette Vergeer, qui était venue décrire les conditions déplorables des prisons. Son témoignage "vague, dépassé, mal informé, fait de généralisations et avec un a priori négatif sur les prisons de notre pays (...) ont eu un impact négatif sur sa crédibilité", a dit la magistrate.Elle a revanche retenu comme valable le témoignage de Joel Modise, un haut fonctionnaire des services pénitentiaires, venu décrire les quartiers particuliers où peuvent être admis les handicapés.La famille de Reeva Steenkamp s'est déclarée satisfaite de la peine infligée à Oscar Pistorius. "Oui, je suis très content", a déclaré aux journalistes Barry Steenkamp, le père de la victime, alors que l'avocat de la famille précisait: "Ils pensent que c'est correct, ils sont satisfaits de la sentence".