Les passionnés de basket-ball américain connaissaient déjà un peu Connor Vanover. Joueur de l'Arkansas Wings dans l'État du même nom, il mesurait 2m01 à la rentrée scolaire passée... Déjà difficile de passer inaperçu. Et c'est avec 15 cm de plus qu'il s'est présenté 9 mois plus tard au camp d'été de John Lucas, (camp réunissant les meilleurs prospects de la planète). Mais le plus impressionnant était encore à venir...



De si haut, certains se contenteraient de jouer au poste d'intérieur et d'attendre les ballons sous l'anneau. Pourtant Connor Vanover, sans doute bien conseillé, ne compte pas que sur sa taille. Comprenez par là que le "petit" court, saute, dribble et shoot. Et c'est bien ça le plus impressionnant.



Avec une taille pareille et un shoot de cette précision, Connor est virtuellement inarrêtable sur les pick&pop car il dégaine son tir à une vitesse impressionnante. Les scouts américains en parlent comme de la plus belle progression de l'année et le classent 29e prospects de sa génération. Ajoutez à cela sa petite tête blonde et la comparaison avec l'Allemand Dirk Nowitzki est toute faite.



Son seul défaut flagrant ? Il semblerait que ses muscles dormaient lorsque ses os se sont mis à pousser. Si cela ne va pas en s'arrangeant, il risque de devenir un Shawn Bradley bis... Vers 16 ans, il devrait avoir naturellement déjà pris un peu plus de masse musculaire grâce à la puberté et il pourra alors commencer la musculation.



C'est en raison de cette incertitude physique que les scouts de hoopsreport.com ne le classent "que" 29e parmi tous les futurs prétendants à la promotion 2018 NCAA. Et le site ne se trompe que très rarement: dans son top 20 de la génération 2007, on trouvait des joueurs comme Blake Griffin (17), De Andre Jordan (15), Kevin Love (7), Derrick Rose (4) ou encore OJ Mayo (1).



Un joueur à suivre de très près...



Eric L. (st.)

Les passionnés de basket-ball américain connaissaient déjà un peu Connor Vanover. Joueur de l'Arkansas Wings dans l'État du même nom, il mesurait 2m01 à la rentrée scolaire passée... Déjà difficile de passer inaperçu. Et c'est avec 15 cm de plus qu'il s'est présenté 9 mois plus tard au camp d'été de John Lucas, (camp réunissant les meilleurs prospects de la planète). Mais le plus impressionnant était encore à venir... De si haut, certains se contenteraient de jouer au poste d'intérieur et d'attendre les ballons sous l'anneau. Pourtant Connor Vanover, sans doute bien conseillé, ne compte pas que sur sa taille. Comprenez par là que le "petit" court, saute, dribble et shoot. Et c'est bien ça le plus impressionnant. Avec une taille pareille et un shoot de cette précision, Connor est virtuellement inarrêtable sur les pick&pop car il dégaine son tir à une vitesse impressionnante. Les scouts américains en parlent comme de la plus belle progression de l'année et le classent 29e prospects de sa génération. Ajoutez à cela sa petite tête blonde et la comparaison avec l'Allemand Dirk Nowitzki est toute faite. Son seul défaut flagrant ? Il semblerait que ses muscles dormaient lorsque ses os se sont mis à pousser. Si cela ne va pas en s'arrangeant, il risque de devenir un Shawn Bradley bis... Vers 16 ans, il devrait avoir naturellement déjà pris un peu plus de masse musculaire grâce à la puberté et il pourra alors commencer la musculation. C'est en raison de cette incertitude physique que les scouts de hoopsreport.com ne le classent "que" 29e parmi tous les futurs prétendants à la promotion 2018 NCAA. Et le site ne se trompe que très rarement: dans son top 20 de la génération 2007, on trouvait des joueurs comme Blake Griffin (17), De Andre Jordan (15), Kevin Love (7), Derrick Rose (4) ou encore OJ Mayo (1). Un joueur à suivre de très près... Eric L. (st.)