1 Golden State restera-t-il hors d'atteinte ?

67+73+67= 207. Une addition toute simple, mais qui illustre la domination des Golden State Warriors au cours des trois dernières saisons. Aucune autre équipe de NBA n'a jamais remporté autant de victoires en trois saisons. L'énergie déployée durant la saison régulière 2015/16 pour battre le record des Chicago Bulls (72 victoires) a coûté aux Warriors un deuxième titre d'affilée lors des Finals 2016, mais ils ont rectifié en 2017.
...

67+73+67= 207. Une addition toute simple, mais qui illustre la domination des Golden State Warriors au cours des trois dernières saisons. Aucune autre équipe de NBA n'a jamais remporté autant de victoires en trois saisons. L'énergie déployée durant la saison régulière 2015/16 pour battre le record des Chicago Bulls (72 victoires) a coûté aux Warriors un deuxième titre d'affilée lors des Finals 2016, mais ils ont rectifié en 2017. Après une période d'adaptation du nouveau venu Kevin Durant, lui et les autres Galactiques (Stephen Curry, Klay Thompson, Draymond Green) ont balayé la concurrence comme un fétu de paille : ils ont gagné 15 des 16 derniers matches de saison régulière, et surtout 16 des 17 matches de play-offs. La recette-miracle des Warriors : une attaque de feu (la saison dernière, c'était la deuxième meilleure attaque de tous les temps) couplée à une défense de fer (avec le Défenseurdel'Année Draymond Green comme régulateur), le tout savamment orchestré par le coach Steve Kerr. Mauvaise nouvelle pour la concurrence : Curry (5 ans, 171 millions d'euros) et Durant (2 ans, 43 milions d'euros) ont rempilé, tout comme d'autres joueurs-clefs : Andre Iguodala, Shaun Livingston, Zaza Pachulia, David West et JaVale McGee. Durant a même sacrifié 8 millions d'euros de son propre salaire pour pouvoir conserver ses équipiers. En outre, le banc a encore été étoffé avec des shooteurs expérimentés comme Omri Casspi et Nick Young. Les seuls doutes qui peuvent apparaître sont : que se passerait-il si Curry ou Durant se blessait ? Si le coach Kerr devait définitivement jeter l'éponge à cause de sérieux problèmes de dos (il avait déjà dû s'éclipser quelque temps la saison dernière) ? Si les Warriors témoignaient d'un excès de confiance ? Si Curry et Durant en arrivaient à se disputer ? Sinon, seul un concours de circonstances défavorables semble pouvoir empêcher les Warriors de conquérir un troisième titre en quatre ans. Si les Cavaliers ont dû courber l'échine à deux reprises en trois ans contre Golden State en finale des play-offs, ce n'est pas la faute de LeBron James : il est le premier joueur de l'histoire à avoir signé un tripledouble pendant les Finals (33,6 points, 12 rebonds et 10 assists). A 32 ans, King James est loin d'être usé. Le coach Tyronn Lue lui a même donné un nouveau surnom : Benjamin Button, l'homme qui rajeunit avec le temps. James est extrêmement motivé : ses finales perdues l'ont frustré, il veut reconquérir le titre de MVP - il n'avait terminé que 4e la saison dernière - et le roster des Cavaliers a été profondément modifié. A la surprise générale, Kyrie Irving a demandé à partir. Il en avait marre d'être considéré comme 'The Kid' par James. Il voulait ôter son costume de Robin et enfiler celui de Batman. Après de longues discussions, un deal a été conclu avec Boston : en échange d'Irving, les Celtics ont cédé Isaiah Thomas, Jae Crowder et un (important) premier tour de draft à Cleveland. Les Cavs ont aussi engagé Derrick Rose (élu MVP en 2011) et Dwyane Wade, grand ami de LeBron James : les deux hommes ont remporté, ensemble, deux titres en quatre ans à Miami. Wade sort d'une campagne misérable à Chicago et a consenti un important sacrifice financier pour rejoindre James et remporter un nouveau titre. Il jouera une saison pour un 'salaire de misère' : à peine 2 millions d'euros. Derrick Rose (29 ans) a, lui aussi, accepté de jouer pour 'seulement' 1,8 million d'euros afin de relancer sa carrière. Mais, après quelques lourdes opérations au genou, ses meilleures années semblent derrière lui et Wade (35 ans) n'est plus, lui non plus, le Flash d'autrefois. En outre, ils sont de piètres shooteurs à trois points, une arme souvent utilisée aujourd'hui en NBA. Mais Rose a affirmé vouloir se reconvertir en pur distributeur, alors qu'il était jusqu'ici un shooteur, et a fait forte impression pendant la préparation. Quant à Wade, ses retrouvailles avec James lui ont procuré une nouvelle motivation. Si KevinLove, l'autre All-Star des Cavs, se libère après le départ d'Irving ; si Thomas n'a plus de soucis physiques ; si Rose et Wade retrouvent plus ou moins leur niveau d'antan et si Crowder peut apporter de l'intensité défensive avec le centre Tristan Thompson, alors LeBron James disposera - avec aussi d'autres bons shooteurs comme Kyle Korver, JR Smith et Channing Frye - de la meilleure équipe depuis qu'il a quitté Miami pour revenir à Cleveland, il y a trois ans. Elle est la plus étoffée et la plus chère, aussi (une masse salariale de 120 millions d'euros). Boston a aussi son Big Three (Kyrie Irving, Gordan Hayward arrivé d'Utah et Al Horford), tandis que Toronto (Kyle Lowry) et Washington (John Wall) ont pu conserver leur fer de lance, mais cela semble trop peu pour empêcher les Cavaliers d'atteindre une quatrième finale de rang dans la Conférence Est.Beaucoup d'équipes se sont retrouvées face à un choix : accepter la domination de Golden State ou consentir de lourds investissements pour constituer une formation capable de rivaliser. Oklahoma City a opté pour la seconde option. Le Thunder a convaincu Indiana d'accepter un deal avec Paul George et a engagé également Carmelo Anthony (New York), alors que celui-ci semblait en route pour... Cleveland. Le Thunder possède également, désormais, son trio de Galactiques, car Russell Westbrook a lui aussi prolongé son bail. Avec les 197 millions d'euros qu'il s'apprête à toucher au cours de six prochaines saisons - celle-ci comprise - il aura le contrat le plus juteux de l'histoire de la NBA.A Houston, son collègue Mike D'Antoni a associé James Harden (deuxième à l'élection du MVP la saison dernière) à Chris Paul, arrivé des LA Clippers et considéré comme le meilleur distributeur de la NBA. Mais deux joueurs aussi dominants sont-ils capables de se partager un seul ballon ? Si la réponse est positive, ils pourraient former un duo très complémentaire. Le reste de la Conférence Ouest semble moins bien armé, même si l'on ne peut jamais sous-estimer les San Antonio Spurs du super-coach Gregg Popovich et de Kawhi Leonard, et si le jeune Minnesota (avec son nouveau trio Karl Anthony Towns, Jimmy Butler et Andrew Wiggins) peut surprendre. Dans ces conditions, on risque fort d'assister à une quatrième finale d'affilée entre Golden State et Cleveland. Par Jonas Creteur