"Ce tournoi est le meilleur tournoi européen en bassin de 25 mètres jamais réalisé par la Belgique", assure Philippe Midrez. "C'est la preuve de l'émulation et du professionnalisme qui règnent actuellement dans la natation belge".

Les nageurs flamands, du Brabo en particulier, ont été les fers de lance de cette équipe belge. "Il ne faut pas cacher la vérité : les moyens mis en place là-bas portent leurs fruits, contrairement au Sud du pays. La pyramide Topsport en Flandre est très performante. Et la ville d'Anvers soutient solidement le Brabo, qui dispose d'un staff à temps plein. L'émulation du relais, avec 5 ou 6 nageurs pour 4 places, joue également un grand rôle. Il faut être performant toute l'année pour y avoir sa place", explique P. Midrez.

"Glenn Surgeloose est l'exemple parfait de cette émulation. Il est de retour aux affaires après quelques années difficiles. Il s'entraînait seul à Liège, dans d'excellentes conditions puisqu'il avait un bassin pour lui tout seul. C'était justement le problème, la solitude. Désormais, il a retrouvé une atmosphère de groupe au Brabo. Il est tout le temps avec Pieter Timmers, ils s'entendent parfaitement. J'ai retrouvé un garçon épanoui, sûr de lui".

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Ce tournoi est le meilleur tournoi européen en bassin de 25 mètres jamais réalisé par la Belgique", assure Philippe Midrez. "C'est la preuve de l'émulation et du professionnalisme qui règnent actuellement dans la natation belge". Les nageurs flamands, du Brabo en particulier, ont été les fers de lance de cette équipe belge. "Il ne faut pas cacher la vérité : les moyens mis en place là-bas portent leurs fruits, contrairement au Sud du pays. La pyramide Topsport en Flandre est très performante. Et la ville d'Anvers soutient solidement le Brabo, qui dispose d'un staff à temps plein. L'émulation du relais, avec 5 ou 6 nageurs pour 4 places, joue également un grand rôle. Il faut être performant toute l'année pour y avoir sa place", explique P. Midrez. "Glenn Surgeloose est l'exemple parfait de cette émulation. Il est de retour aux affaires après quelques années difficiles. Il s'entraînait seul à Liège, dans d'excellentes conditions puisqu'il avait un bassin pour lui tout seul. C'était justement le problème, la solitude. Désormais, il a retrouvé une atmosphère de groupe au Brabo. Il est tout le temps avec Pieter Timmers, ils s'entendent parfaitement. J'ai retrouvé un garçon épanoui, sûr de lui". Sportfootmagazine.be, avec Belga