Le 3 février dernier, Nafissatou Thiam, 18 ans, réalisait la plus grande performance de sa jeune carrière en battant le record du monde junior du pentathlon, lors des championnats de Belgique d'athlétisme indoor de Gand. Formidable. Mais c'est ici que l'amateurisme à la belge entre en scène.

La fédération internationale d'athlétisme (IAAF) exige qu'en cas de record du monde, le contrôle antidopage ait lieu sur place, le jour même. Problème : le médecin présent à Gand est déjà parti au moment du record de Nafi. "Nous avons essayé de contacter quelqu'un, le chef du meeting a fait le nécessaire, mais personne n'était joignable", a expliqué Christian Maigret, directeur sportif de la Ligue francophone (LBFA). Mais, hors de question de contacter n'importe quel médecin. Lorsqu'une compétition se déroule en Flandre, seul un médecin agréé par la Communauté flamande peut effectuer le test antidopage. En Wallonie, le médecin doit être agréé par la Communauté française. Une aberration qui coûte à Nafissatou Thiam et à la Belgique un splendide record du monde.

Le test antidopage de Nafissatou Thiam, effectué le lendemain au domicile de la jeune championne par un médecin agréé par la Communauté française, s'est révélé négatif.

Le ridicule de la situation doit impérativement pousser les Ligues francophone et néerlandophone à se mettre d'accord au sujet des tests antidopage. Car comme le dit le coach de Nafissatou, Roger Lespagnard : "J'espère que cela servira de leçon pour la suite, sinon ce record n'aura vraiment servi à rien. "

Ce sera toujours ça de gagné en effet...

Le 3 février dernier, Nafissatou Thiam, 18 ans, réalisait la plus grande performance de sa jeune carrière en battant le record du monde junior du pentathlon, lors des championnats de Belgique d'athlétisme indoor de Gand. Formidable. Mais c'est ici que l'amateurisme à la belge entre en scène. La fédération internationale d'athlétisme (IAAF) exige qu'en cas de record du monde, le contrôle antidopage ait lieu sur place, le jour même. Problème : le médecin présent à Gand est déjà parti au moment du record de Nafi. "Nous avons essayé de contacter quelqu'un, le chef du meeting a fait le nécessaire, mais personne n'était joignable", a expliqué Christian Maigret, directeur sportif de la Ligue francophone (LBFA). Mais, hors de question de contacter n'importe quel médecin. Lorsqu'une compétition se déroule en Flandre, seul un médecin agréé par la Communauté flamande peut effectuer le test antidopage. En Wallonie, le médecin doit être agréé par la Communauté française. Une aberration qui coûte à Nafissatou Thiam et à la Belgique un splendide record du monde. Le test antidopage de Nafissatou Thiam, effectué le lendemain au domicile de la jeune championne par un médecin agréé par la Communauté française, s'est révélé négatif. Le ridicule de la situation doit impérativement pousser les Ligues francophone et néerlandophone à se mettre d'accord au sujet des tests antidopage. Car comme le dit le coach de Nafissatou, Roger Lespagnard : "J'espère que cela servira de leçon pour la suite, sinon ce record n'aura vraiment servi à rien. " Ce sera toujours ça de gagné en effet...