Nafissatou Thiam a remporté lundi à Eugene un deuxième sacre mondial, qui vient s'ajouter à son doublé olympique. L'heptathlète, devancée par la Néerlandaise Anouk Vetter avant l'ultime épreuve du 800 mètres, s'est dit particulièrement fière de ce titre.

"Ce titre, c'est beaucoup d'émotion. La compétition a été super intense et stressante, c'était serré jusqu'au bout. Je suis super fière de mon 800 mètres, j'ai donné ma vie. C'est une belle manière de terminer", a lancé Thiam.

Ce deuxième titre mondial, après celui acquis à Londres en 2017, a une saveur particulière pour celle qui a souffert du doigt et du dos en début de saison. "C'est une super récompense après tout ce que j'ai souffert, cela me donne confiance pour ce qui arrive. Au vu de ma préparation, je m'étonne moi-même. Je pleurais tous les jours en me demandant quelle était la meilleure chose à faire. Laisser tomber ce championnat pour récupérer ? Quand je vois ce que j'ai accompli, c'est fou. Je suis fière."

La Namuroise a aussi évoqué ce 800 mètres assez spécial, qu'elle a débuté en tant que chasseuse. "C'est toujours stressant le 800 mètres, qu'importe la position. J'étais malgré tout assez confiante, c'était possible d'y arriver en courant comme je suis capable de le faire. Je savais que je pouvais faire un beau 800, même si je n'en ai pas fait en compétition. Je me suis entraînée très dur pour ça. Je n'avais pas envie de faire de stratégie, j'ai fait ma course et je me suis dit +cours le plus vite possible et tu n'auras pas de regret+. Je termine avec 6.947 points (son meilleur total dans un grand championnat, ndlr) et si ce n'était pas suffisant, je ne sais pas ce que je pouvais faire de plus."

Avant la dernière épreuve, Thiam a eu besoin de se reposer. "Je suis allée dans ma chambre, c'était plus calme. J'ai voulu dormir une heure car j'ai eu une très mauvaise nuit la nuit dernière mais c'était impossible de fermer l'oeil, je pensais trop à ce qui allait se passer", a avoué la Namuroise, qui n'a pas hiérarchisé ses titres. "Je suis vraiment fière de tous car ils ont tous été durs à remporter. L'argent à Doha (aux Mondiaux en 2019, ndlr) également car j'avais eu une saison super compliquée. Ici, je suis surtout fière du score. Je ne m'attendais à rien et je ne fais pas de calcul, j'y allais épreuve par épreuve. Je n'ai fait aucune erreur", a ponctué la protégée de Roger Lespagnard.

Noor Vidts à la lutte avec Anouk Vetter, la Néerlandaise qui aura contesté jusqu'au bout le titre mondial à Nafi Thiam., iStock
Noor Vidts à la lutte avec Anouk Vetter, la Néerlandaise qui aura contesté jusqu'au bout le titre mondial à Nafi Thiam. © iStock

Noor Vidts, cinquième, "pense qu'elle peut faire mieux"

Quatrième des Jeux Olympiques l'été dernier à Tokyo puis championne du monde de l'heptathlon à Belgrade en début d'année, Noor Vidts a pris la cinquième place des Mondiaux, lundi à Eugene. La Belge a obtenu le score total de 6.559 points, à douze points de son record personnel établi au Japon.

"Je suis dans les mêmes eaux qu'à Tokyo", a dit la Vilvordoise en évoquant la longueur, première des trois épreuves de la seconde journée. "C'est bien, mais je pense que je peux encore faire mieux. Maintenant, on sait désormais ce qu'on doit améliorer pour sauter plus loin. La marge de progression est toujours là."

"Je suis contente de ce que j'ai produit au javelot où je dépasse les 40 mètres pour la deuxième fois, un rien en dessous de mon record", a ajouté Vidts, 26 ans. "Sur le 800 mètres, j'aurais voulu descendre sous les 2:08 pour améliorer mon record total sur un heptathlon. J'ai tout donné mais malheureusement les cent derniers mètres étaient en trop", a-t-elle rigolé. "Je suis malgré tout satisfaite d'être de retour à mon niveau. J'ai été capable d'enchaîner plusieurs belles prestations après une préparation qui n'a pas été idéale."

Avec Vidts et Nafi Thiam, sacrée pour la deuxième fois aux Mondiaux après Londres en 2017, deux Belges figurent dans le top 5 de l'épreuve multiple. Vidts devrait d'ailleurs, sauf surprise, être au départ de l'heptathlon lors de l'Euro de Munich (15-21 août).

Nafissatou Thiam a remporté lundi à Eugene un deuxième sacre mondial, qui vient s'ajouter à son doublé olympique. L'heptathlète, devancée par la Néerlandaise Anouk Vetter avant l'ultime épreuve du 800 mètres, s'est dit particulièrement fière de ce titre. "Ce titre, c'est beaucoup d'émotion. La compétition a été super intense et stressante, c'était serré jusqu'au bout. Je suis super fière de mon 800 mètres, j'ai donné ma vie. C'est une belle manière de terminer", a lancé Thiam. Ce deuxième titre mondial, après celui acquis à Londres en 2017, a une saveur particulière pour celle qui a souffert du doigt et du dos en début de saison. "C'est une super récompense après tout ce que j'ai souffert, cela me donne confiance pour ce qui arrive. Au vu de ma préparation, je m'étonne moi-même. Je pleurais tous les jours en me demandant quelle était la meilleure chose à faire. Laisser tomber ce championnat pour récupérer ? Quand je vois ce que j'ai accompli, c'est fou. Je suis fière." La Namuroise a aussi évoqué ce 800 mètres assez spécial, qu'elle a débuté en tant que chasseuse. "C'est toujours stressant le 800 mètres, qu'importe la position. J'étais malgré tout assez confiante, c'était possible d'y arriver en courant comme je suis capable de le faire. Je savais que je pouvais faire un beau 800, même si je n'en ai pas fait en compétition. Je me suis entraînée très dur pour ça. Je n'avais pas envie de faire de stratégie, j'ai fait ma course et je me suis dit +cours le plus vite possible et tu n'auras pas de regret+. Je termine avec 6.947 points (son meilleur total dans un grand championnat, ndlr) et si ce n'était pas suffisant, je ne sais pas ce que je pouvais faire de plus." Avant la dernière épreuve, Thiam a eu besoin de se reposer. "Je suis allée dans ma chambre, c'était plus calme. J'ai voulu dormir une heure car j'ai eu une très mauvaise nuit la nuit dernière mais c'était impossible de fermer l'oeil, je pensais trop à ce qui allait se passer", a avoué la Namuroise, qui n'a pas hiérarchisé ses titres. "Je suis vraiment fière de tous car ils ont tous été durs à remporter. L'argent à Doha (aux Mondiaux en 2019, ndlr) également car j'avais eu une saison super compliquée. Ici, je suis surtout fière du score. Je ne m'attendais à rien et je ne fais pas de calcul, j'y allais épreuve par épreuve. Je n'ai fait aucune erreur", a ponctué la protégée de Roger Lespagnard.Quatrième des Jeux Olympiques l'été dernier à Tokyo puis championne du monde de l'heptathlon à Belgrade en début d'année, Noor Vidts a pris la cinquième place des Mondiaux, lundi à Eugene. La Belge a obtenu le score total de 6.559 points, à douze points de son record personnel établi au Japon."Je suis dans les mêmes eaux qu'à Tokyo", a dit la Vilvordoise en évoquant la longueur, première des trois épreuves de la seconde journée. "C'est bien, mais je pense que je peux encore faire mieux. Maintenant, on sait désormais ce qu'on doit améliorer pour sauter plus loin. La marge de progression est toujours là.""Je suis contente de ce que j'ai produit au javelot où je dépasse les 40 mètres pour la deuxième fois, un rien en dessous de mon record", a ajouté Vidts, 26 ans. "Sur le 800 mètres, j'aurais voulu descendre sous les 2:08 pour améliorer mon record total sur un heptathlon. J'ai tout donné mais malheureusement les cent derniers mètres étaient en trop", a-t-elle rigolé. "Je suis malgré tout satisfaite d'être de retour à mon niveau. J'ai été capable d'enchaîner plusieurs belles prestations après une préparation qui n'a pas été idéale." Avec Vidts et Nafi Thiam, sacrée pour la deuxième fois aux Mondiaux après Londres en 2017, deux Belges figurent dans le top 5 de l'épreuve multiple. Vidts devrait d'ailleurs, sauf surprise, être au départ de l'heptathlon lors de l'Euro de Munich (15-21 août).