Dans une interview, l'ex-tennisman a expliqué ce qu'il pensait. "J'ai eu l'impression que, sur le coup, Nadal n'avait pas été très fair-play, je n'ai rien insinué d'autre", s'est-il défendu. Dans le passé, le Belge avait à demi-mot accusé Nadal de dopage.

Pour Rochus, il n'est donc pas question de produit dopant ici. Il fustige l'attitude de l'Espagnol. "On a bien vu que Wawrinka était furieux. Ensuite, il était un peu déstabilisé, perdu. Nadal a essayé de jouer cette carte-là, et après tout, il n'y a pas de mal à ça. Des gars comme lui ou Federer sont tellement devenus des icônes que les gens les voudraient parfaits, limite Dieu vivant. Et on ne touche pas à Dieu, mais ce ne sont que des hommes. Nadal, je l'ai encensé pendant treize jours pour ce qu'il a réalisé."

Dans une interview, l'ex-tennisman a expliqué ce qu'il pensait. "J'ai eu l'impression que, sur le coup, Nadal n'avait pas été très fair-play, je n'ai rien insinué d'autre", s'est-il défendu. Dans le passé, le Belge avait à demi-mot accusé Nadal de dopage. Pour Rochus, il n'est donc pas question de produit dopant ici. Il fustige l'attitude de l'Espagnol. "On a bien vu que Wawrinka était furieux. Ensuite, il était un peu déstabilisé, perdu. Nadal a essayé de jouer cette carte-là, et après tout, il n'y a pas de mal à ça. Des gars comme lui ou Federer sont tellement devenus des icônes que les gens les voudraient parfaits, limite Dieu vivant. Et on ne touche pas à Dieu, mais ce ne sont que des hommes. Nadal, je l'ai encensé pendant treize jours pour ce qu'il a réalisé."