"Après un combat de 32 ans contre la maladie de Parkinson, Mohamed Ali est décédé à l'âge de 74 ans", a annoncé son porte-parole Bob Gunnell. "Le triple champion du monde des lourds est mort dans la soirée", poursuit le communiqué.

Ses obsèques auront lieu dans sa ville natale de Louisville, dans le Kentucky, a précisé le porte-parole du boxeur le plus célèbre de la planète, sans préciser la date.

"La famille Ali voudrait remercier tous ceux qui l'ont accompagné par leurs pensées, prières et soutien et demande le respect de son intimité", conclut le communiqué.

-, BELGAIMAGE
- © BELGAIMAGE

Mohamed Ali était hospitalisé depuis jeudi pour un problème respiratoire. Son porte-parole avait alors annoncé qu'il "se trouvait dans un bon état de santé" et que "son séjour devrait être de courte durée". Mais une source proche de la famille avait indiqué vendredi dans la soirée à l'AFP que l'ancien boxeur "était dans un état très grave", confirmant les informations de plusieurs médias américains, dont le quotidien Los Angeles Times et la chaîne de télévision NBC News.

Ali souffrait depuis une trentaine d'années de la maladie de Parkinson et avait déjà été hospitalisé à deux reprises fin 2014 et début 2015 pour une pneumonie et une infection urinaire.

Né Cassius Clay, champion olympique à Rome en 1960, il avait débuté sa carrière professionnelle la même année, devenant champion du monde WBA en 1964 en battant Sonny Liston par KO au 7e round.

-, BELGAIMAGE
- © BELGAIMAGE

Maître mondial incontesté de la catégorie-reine des lourds, celui qu'on surnommait "The Greatest" (Le plus grand) avait choqué les Etats-Unis en 1967 en refusant de faire son service militaire et de partir faire la guerre du Vietnam, en raison de ses convictions religieuses. Il avait été emprisonné, déchu de ses titres et interdit de boxer pendant trois ans et demi, avant de redevenir champion du monde en 1974, réunifiant les titres WBA et WBC lors de sa victoire par KO (8e round) sur George Foreman lors du "combat dans la jungle" à Kinshasa, en République démocratique du Congo, l'ex-Zaïre. Il avait perdu son titre aux points face à Leon Spinks le 15 février 1978 et l'avait récupéré en prenant sa revanche le 15 septembre de la même année.

Il avait terminé sa carrière professionnelle sur une défaite aux points face à Trevor Berbick, le 11 décembre 1981 au Queen Elizabeth Sports Centre de Nassau.

"Une part de moi-même est partie"

George Foreman, par le passé un des grands rivaux de la légende de la boxe Mohamed Ali, a réagi samedi sur Twitter en indiquant qu'il avait perdu "une part de lui-même".

"Ali, Frazier et Foreman, nous n'étions qu'un. Une part de moi-même est partie, 'The greatest piece'", a-t-il posté, en référence au surnom du multiple champion du monde, "The Greatest".

George Foreman avait été opposé à Ali en 1974, à Kinshasa, dans un combat considéré comme légendaire dans l'histoire de la boxe. Ali s'était imposé par KO dans le 8e round.

"Jusqu'à Ali, personne ne disait 'Je suis beau'. Il était majestueux, mais l'homme commun était son ami. Cela, c'est la beauté", a encore ajouté Foreman sur Twitter à la suite de l'annonce du décès de son ex-adversaire.

Les boxeurs rendent hommage à leur modèle

Les grands noms du monde de la boxe n'ont pas manqué de réagir samedi au décès du charismatique Mohamed Ali, considéré comme la plus grande légende de ce sport et qui s'est éteint vendredi à l'âge de 74 ans.

L'Américain Mike Tyson, un autre personnage de la boxe, a indiqué sur Twitter que "Dieu est venu pour son champion", tandis que Floyd Mayweather Jr. a rappelé le statut de "pionnier" de celui qui s'appelait Cassius Clay avant de se convertir à l'islam. "Mes pensées vont vers un pionnier, une vraie légende, et un héros à tous points de vue", a posté "Pretty Boy".

Le Philippin Manny Pacquiao a également rendu hommage à un sportif de légende, un homme très croyant et aux phrases-choc connues dans le monde entier. "Gardons Mohamed Ali dans nos pensées et nos prières", a-t-il posté sur Twitter après l'annonce du décès. "Avec Dieu, tout est possible". Il a réagi dans les médias en précisant que le monde "avait perdu un géant". "La boxe a bénéficié des talents d'Ali, mais c'est surtout l'homme qui a bénéficié de son humanité", a-t-il précisé, repris par Sky Sports.

"Après un combat de 32 ans contre la maladie de Parkinson, Mohamed Ali est décédé à l'âge de 74 ans", a annoncé son porte-parole Bob Gunnell. "Le triple champion du monde des lourds est mort dans la soirée", poursuit le communiqué. Ses obsèques auront lieu dans sa ville natale de Louisville, dans le Kentucky, a précisé le porte-parole du boxeur le plus célèbre de la planète, sans préciser la date. "La famille Ali voudrait remercier tous ceux qui l'ont accompagné par leurs pensées, prières et soutien et demande le respect de son intimité", conclut le communiqué. Mohamed Ali était hospitalisé depuis jeudi pour un problème respiratoire. Son porte-parole avait alors annoncé qu'il "se trouvait dans un bon état de santé" et que "son séjour devrait être de courte durée". Mais une source proche de la famille avait indiqué vendredi dans la soirée à l'AFP que l'ancien boxeur "était dans un état très grave", confirmant les informations de plusieurs médias américains, dont le quotidien Los Angeles Times et la chaîne de télévision NBC News. Ali souffrait depuis une trentaine d'années de la maladie de Parkinson et avait déjà été hospitalisé à deux reprises fin 2014 et début 2015 pour une pneumonie et une infection urinaire. Né Cassius Clay, champion olympique à Rome en 1960, il avait débuté sa carrière professionnelle la même année, devenant champion du monde WBA en 1964 en battant Sonny Liston par KO au 7e round. Maître mondial incontesté de la catégorie-reine des lourds, celui qu'on surnommait "The Greatest" (Le plus grand) avait choqué les Etats-Unis en 1967 en refusant de faire son service militaire et de partir faire la guerre du Vietnam, en raison de ses convictions religieuses. Il avait été emprisonné, déchu de ses titres et interdit de boxer pendant trois ans et demi, avant de redevenir champion du monde en 1974, réunifiant les titres WBA et WBC lors de sa victoire par KO (8e round) sur George Foreman lors du "combat dans la jungle" à Kinshasa, en République démocratique du Congo, l'ex-Zaïre. Il avait perdu son titre aux points face à Leon Spinks le 15 février 1978 et l'avait récupéré en prenant sa revanche le 15 septembre de la même année. Il avait terminé sa carrière professionnelle sur une défaite aux points face à Trevor Berbick, le 11 décembre 1981 au Queen Elizabeth Sports Centre de Nassau."Une part de moi-même est partie" George Foreman, par le passé un des grands rivaux de la légende de la boxe Mohamed Ali, a réagi samedi sur Twitter en indiquant qu'il avait perdu "une part de lui-même". "Ali, Frazier et Foreman, nous n'étions qu'un. Une part de moi-même est partie, 'The greatest piece'", a-t-il posté, en référence au surnom du multiple champion du monde, "The Greatest". George Foreman avait été opposé à Ali en 1974, à Kinshasa, dans un combat considéré comme légendaire dans l'histoire de la boxe. Ali s'était imposé par KO dans le 8e round. "Jusqu'à Ali, personne ne disait 'Je suis beau'. Il était majestueux, mais l'homme commun était son ami. Cela, c'est la beauté", a encore ajouté Foreman sur Twitter à la suite de l'annonce du décès de son ex-adversaire. Les boxeurs rendent hommage à leur modèle Les grands noms du monde de la boxe n'ont pas manqué de réagir samedi au décès du charismatique Mohamed Ali, considéré comme la plus grande légende de ce sport et qui s'est éteint vendredi à l'âge de 74 ans.L'Américain Mike Tyson, un autre personnage de la boxe, a indiqué sur Twitter que "Dieu est venu pour son champion", tandis que Floyd Mayweather Jr. a rappelé le statut de "pionnier" de celui qui s'appelait Cassius Clay avant de se convertir à l'islam. "Mes pensées vont vers un pionnier, une vraie légende, et un héros à tous points de vue", a posté "Pretty Boy". Le Philippin Manny Pacquiao a également rendu hommage à un sportif de légende, un homme très croyant et aux phrases-choc connues dans le monde entier. "Gardons Mohamed Ali dans nos pensées et nos prières", a-t-il posté sur Twitter après l'annonce du décès. "Avec Dieu, tout est possible". Il a réagi dans les médias en précisant que le monde "avait perdu un géant". "La boxe a bénéficié des talents d'Ali, mais c'est surtout l'homme qui a bénéficié de son humanité", a-t-il précisé, repris par Sky Sports.