La 41e édition du marathon de la cité balnéaire espagnole promet d'être très rapide, car le parcours est dénué de difficultés et offre un fameux plateau de participants, avec les Kényans Geoffrey Kamworor, Amos Kipruto et Lawrence Cherono, ainsi que les Éthiopiens Mule Wasihun, Getaneh Molla, Kind...

La 41e édition du marathon de la cité balnéaire espagnole promet d'être très rapide, car le parcours est dénué de difficultés et offre un fameux plateau de participants, avec les Kényans Geoffrey Kamworor, Amos Kipruto et Lawrence Cherono, ainsi que les Éthiopiens Mule Wasihun, Getaneh Molla, Kinde Atanaw et Andamlak Belihu. L'année dernière, Cherono a réalisé le neuvième chrono de tous les temps (2: 03: 04) à Valence, à quatre secondes du lauréat Evans Chebet. Le quatrième du marathon olympique, précédé par Bashir Adbi et Abdi Nageeye, compte être plus rapide encore cette fois. Il veut descendre sous le meilleur chrono 2021 (2: 02: 57) et approcher du record mondial d' Eliud Kipchoge (2: 01: 39). Il a toutefois un fameux rival en la personne de Kamworor, le double vainqueur du marathon de New York. Koen Naert espère se distinguer dans leur sillage. Le Flandrien de 32 ans, dixième à Tokyo, vient d'effectuer un stage de quatre semaines au Kenya. Il est rentré en Belgique le 19 novembre, en prévision de l'épreuve de Valence. "J'ai pu m'entraîner dans des conditions optimales et je me sens encore mieux qu'aux Jeux. Je remettrai le couvert à l'avenir." Naert va tenter d'améliorer son record personnel de 2: 07: 39, établi à Rotterdam en avril 2019. "En fait, j'espère améliorer le chrono de Vincent Rousseau. Ce serait la cerise sur la gâteau." Et un pas prometteur pour 2022. Rousseau reste le Belge le plus rapide après Abdi, avec un temps de 2: 07: 20, établi à Berlin en 1995.