Meylemans avait déposé, conjointement avec un certain nombre de concurrentes, une plainte auprès de la fédération internationale de skeleton (IBSF). Elles l'avaient fait après la publication dans The Guardian d'un article décrivant comment Laura Deas et Lizzy Yarnold, grâce à leurs nouvelles combinaisons, avaient gagné jusqu'à une seconde par course. Pendant les descentes d'entraînement au Centre Olympique de glisse de Pyeongchang, les membres de l'équipe britanniques avaient fait impression avec leurs chronos.

"Il est frappant de constater qu'après une très mauvaise saison, les Britanniques dominent de la tête et des épaules ici", avait déclaré Kim Meylemans. Les tenues britanniques incorporeraient une sorte de spoiler qui donnerait un énorme avantage aérodynamique, ce que Meylemans et Co estimaient contraire au règlement.

Toutefois, l'enquête du jury de l'IBSF n'a révélé aucune irrégularité. "L'équipe britannique a apporté un combinaison de compétition au jury. Après une inspection approfondie, la combinaison a été déclarée conforme au règlement de l'IBSF (article 10.16.3, ndlr) et peut être utilisée pendant la course olympique", a expliqué Martin Retl. "L'affaire est classée. Tout le monde peut se concentrer à nouveau sur la course."

Meylemans avait déposé, conjointement avec un certain nombre de concurrentes, une plainte auprès de la fédération internationale de skeleton (IBSF). Elles l'avaient fait après la publication dans The Guardian d'un article décrivant comment Laura Deas et Lizzy Yarnold, grâce à leurs nouvelles combinaisons, avaient gagné jusqu'à une seconde par course. Pendant les descentes d'entraînement au Centre Olympique de glisse de Pyeongchang, les membres de l'équipe britanniques avaient fait impression avec leurs chronos. "Il est frappant de constater qu'après une très mauvaise saison, les Britanniques dominent de la tête et des épaules ici", avait déclaré Kim Meylemans. Les tenues britanniques incorporeraient une sorte de spoiler qui donnerait un énorme avantage aérodynamique, ce que Meylemans et Co estimaient contraire au règlement. Toutefois, l'enquête du jury de l'IBSF n'a révélé aucune irrégularité. "L'équipe britannique a apporté un combinaison de compétition au jury. Après une inspection approfondie, la combinaison a été déclarée conforme au règlement de l'IBSF (article 10.16.3, ndlr) et peut être utilisée pendant la course olympique", a expliqué Martin Retl. "L'affaire est classée. Tout le monde peut se concentrer à nouveau sur la course."