Les champions olympiques et du monde, menés au score après un but d'ouverture d'Agustin Bugallo (7e), ont égalisé par Sébastien Dockier dans le 1er quart-temps (10e). Au terme d'un duel très fermé et dans une certaine confusion marquant la fin de match, les 'Leones' ont inscrit le but décisif sur stroke par Maico Casella (58e).

La Belgique, N.2 mondiale, avait entamé cette troisième édition de la Pro League par deux victoires en octobre dernier face à l'Allemagne, suivies d'un nul (sans bonus) et d'une défaite en novembre face aux Pays-Bas, alors qu'il s'agissait du tout premier match dans la compétition des Argentins, tout récemment sacré champions panaméricains.

Les deux équipes se retrouveront dimanche, toujours à 23h00 belges, dans les installations du CeNARD de la capitale argentine.

Le "produit" Red Lions est "en évolution et non fini" pour Loïck Luypaert

"Notre produit est non fini pour l'instant, nous sommes en pleine évolution", tempère Loïck Luypaert, le défenseur central des Red Lions. "On peut certainement mieux faire que ce que nous avons montré ce samedi", ajoute-t-il.

Menés au score en début de partie (7e) après une déviation malchanceuse de Gauthier Boccard dans le stick d'Agustin Bugallo, qui n'avait plus qu'à fusiller le gardien Loic Van Doren (en l'absence de Vincent Vanasch), les champions olympiques ont directement réagi.

Luypaert servait bien Cédric Charlier, dont le tir de revers était dévié par Sébastien Dockier dans le but de Tomas Santiago, qui défend les buts de la Gantoise en championnat belge (10e). La rencontre restait ensuite très fermée, même si la possession de balle était nettement à l'avantage des hommes de Michel van den Heuvel.

"Nous nous attendions à ce style de jeu de la part des Argentins, qui jouent volontiers en contre et nous attendent très bas", explique toujours Luypaert. "C'est vrai qu'il nous a manqué un peu de 'grinta' par rapport à eux, mais ils sortent tout juste de sept matchs internationaux avec le championnat panaméricain, alors que nous sommes en pleine phase de développement."

Héritant d'un stroke litigieux à deux minutes du terme, l'Argentine a pris l'ascendant sur la Belgique grâce à une transformation de Maico Casella (58e), la rencontre se terminant alors dans une confusion générale et un dernier pc belge gâché par un mauvais blocage de balle.

"L'arbitrage vidéo qui transforme le pc en stroke et la perte de contrôle des arbitres dans les deux dernières minutes sont des faits de match. Nous devons nous montrer meilleurs avant cela", relativise encore Luypaert, qui ne se montre pas plus étonné des résultats surprenants ayant marqué la Pro League ces derniers jours. "Que la France batte l'Inde et fasse match nul avec les Pays-Bas ne me surprend pas. Un an après les JO, beaucoup d'équipes sont en phase de reconstruction, avec souvent de nouveaux coachs et joueurs."

Dimanche, les Red Lions auront l'occasion de prendre leur revanche sur les 'Leones', toujours à partir de 23h00, heure belge, dans les installations du centre sportif CeNARD de la capitale argentine.

Les champions olympiques et du monde, menés au score après un but d'ouverture d'Agustin Bugallo (7e), ont égalisé par Sébastien Dockier dans le 1er quart-temps (10e). Au terme d'un duel très fermé et dans une certaine confusion marquant la fin de match, les 'Leones' ont inscrit le but décisif sur stroke par Maico Casella (58e). La Belgique, N.2 mondiale, avait entamé cette troisième édition de la Pro League par deux victoires en octobre dernier face à l'Allemagne, suivies d'un nul (sans bonus) et d'une défaite en novembre face aux Pays-Bas, alors qu'il s'agissait du tout premier match dans la compétition des Argentins, tout récemment sacré champions panaméricains. Les deux équipes se retrouveront dimanche, toujours à 23h00 belges, dans les installations du CeNARD de la capitale argentine."Notre produit est non fini pour l'instant, nous sommes en pleine évolution", tempère Loïck Luypaert, le défenseur central des Red Lions. "On peut certainement mieux faire que ce que nous avons montré ce samedi", ajoute-t-il. Menés au score en début de partie (7e) après une déviation malchanceuse de Gauthier Boccard dans le stick d'Agustin Bugallo, qui n'avait plus qu'à fusiller le gardien Loic Van Doren (en l'absence de Vincent Vanasch), les champions olympiques ont directement réagi. Luypaert servait bien Cédric Charlier, dont le tir de revers était dévié par Sébastien Dockier dans le but de Tomas Santiago, qui défend les buts de la Gantoise en championnat belge (10e). La rencontre restait ensuite très fermée, même si la possession de balle était nettement à l'avantage des hommes de Michel van den Heuvel. "Nous nous attendions à ce style de jeu de la part des Argentins, qui jouent volontiers en contre et nous attendent très bas", explique toujours Luypaert. "C'est vrai qu'il nous a manqué un peu de 'grinta' par rapport à eux, mais ils sortent tout juste de sept matchs internationaux avec le championnat panaméricain, alors que nous sommes en pleine phase de développement." Héritant d'un stroke litigieux à deux minutes du terme, l'Argentine a pris l'ascendant sur la Belgique grâce à une transformation de Maico Casella (58e), la rencontre se terminant alors dans une confusion générale et un dernier pc belge gâché par un mauvais blocage de balle. "L'arbitrage vidéo qui transforme le pc en stroke et la perte de contrôle des arbitres dans les deux dernières minutes sont des faits de match. Nous devons nous montrer meilleurs avant cela", relativise encore Luypaert, qui ne se montre pas plus étonné des résultats surprenants ayant marqué la Pro League ces derniers jours. "Que la France batte l'Inde et fasse match nul avec les Pays-Bas ne me surprend pas. Un an après les JO, beaucoup d'équipes sont en phase de reconstruction, avec souvent de nouveaux coachs et joueurs." Dimanche, les Red Lions auront l'occasion de prendre leur revanche sur les 'Leones', toujours à partir de 23h00, heure belge, dans les installations du centre sportif CeNARD de la capitale argentine.