"La préparation se passe bien mais c'est toujours délicat, ça va être notre première sortie pour Jonathan et moi, Dylan aura eu quelques courses dans les jambes", a ajouté Kevin Borlée. "Cela va être le moment où on va pouvoir se calibrer, voir un peu où on en est, et surtout ajuster pour la suite. Donc on attend avec impatience de voir comment ça va se passer, mais jusqu'à présent l'entraînement se déroule bien, on n'a pas de pépin et ça, c'est positif." Vendredi, Dylan sera le premier des Borlée à entrer en piste pour un 400m individuel. Sa qualification est restée longtemps incertaine. "J'ai rarement vu Dylan sous une forme aussi grande à l'entraînement, mais cela ne s'est pas encore transféré en compétition", a indiqué Jacques Borlée, son père et entraîneur. "Un repêchage intelligent, que je salue d'ailleurs a été effectué." Au niveau individuel, Dylan Borlée avait décroché l'argent lors de l'Euro en salle 2015 à Prague. "Je me sens aussi fort maintenant qu'en 2015 et tout est possible dans un championnat", déclare l'athlète. L'année 2021 sera bien entendu marquée par les Jeux Olympiques de Tokyo, reportés d'un an en raison de la pandémie de coronavirus. "L'objectif de tous les sportifs est d'arriver en forme aux Jeux Olympiques", résume Jonathan Borlée. "Après tout ce qui s'est passé ces derniers mois, on est à 90 pour-cent sûr que les Jeux vont se passer. Donc le gros focus de l'année, ce sont les Jeux Olympiques." "Avec le coronavirus, on a commencé beaucoup plus tôt la préparation", poursuit Jonathan Borlée. "On est un peu en avance sur l'année passée, où on avait commencé début décembre. Ici, on a recommencé la préparation mi-octobre. Donc on se sent bien. On est parti en Afrique du Sud un mois pour être dans les meilleures conditions. La forme arrive petit à petit. On est content de là où on est actuellement." En salle, les Belgian Tornados ont décroché l'or européen à Glasgow en 2019 et l'argent deux ans plus tôt. Ils avaient décroché le bronze aux Mondiaux de Birmingham 2018.

"La préparation se passe bien mais c'est toujours délicat, ça va être notre première sortie pour Jonathan et moi, Dylan aura eu quelques courses dans les jambes", a ajouté Kevin Borlée. "Cela va être le moment où on va pouvoir se calibrer, voir un peu où on en est, et surtout ajuster pour la suite. Donc on attend avec impatience de voir comment ça va se passer, mais jusqu'à présent l'entraînement se déroule bien, on n'a pas de pépin et ça, c'est positif." Vendredi, Dylan sera le premier des Borlée à entrer en piste pour un 400m individuel. Sa qualification est restée longtemps incertaine. "J'ai rarement vu Dylan sous une forme aussi grande à l'entraînement, mais cela ne s'est pas encore transféré en compétition", a indiqué Jacques Borlée, son père et entraîneur. "Un repêchage intelligent, que je salue d'ailleurs a été effectué." Au niveau individuel, Dylan Borlée avait décroché l'argent lors de l'Euro en salle 2015 à Prague. "Je me sens aussi fort maintenant qu'en 2015 et tout est possible dans un championnat", déclare l'athlète. L'année 2021 sera bien entendu marquée par les Jeux Olympiques de Tokyo, reportés d'un an en raison de la pandémie de coronavirus. "L'objectif de tous les sportifs est d'arriver en forme aux Jeux Olympiques", résume Jonathan Borlée. "Après tout ce qui s'est passé ces derniers mois, on est à 90 pour-cent sûr que les Jeux vont se passer. Donc le gros focus de l'année, ce sont les Jeux Olympiques." "Avec le coronavirus, on a commencé beaucoup plus tôt la préparation", poursuit Jonathan Borlée. "On est un peu en avance sur l'année passée, où on avait commencé début décembre. Ici, on a recommencé la préparation mi-octobre. Donc on se sent bien. On est parti en Afrique du Sud un mois pour être dans les meilleures conditions. La forme arrive petit à petit. On est content de là où on est actuellement." En salle, les Belgian Tornados ont décroché l'or européen à Glasgow en 2019 et l'argent deux ans plus tôt. Ils avaient décroché le bronze aux Mondiaux de Birmingham 2018.