Les Belgian Cats n'ont pas à rougir de leur prestation, jouant crânement leur chance. Julie Allemand se sera rappelée, si besoin était, aux bons souvenirs de la WNBA, elle qui a été draftée il y a deux ans par Indiana. La meneuse liégeoise (8 pts), 22 ans, a aligné les assists (12). Emma Meesseman, aussi face à ses équipières ou adversaires estivales. L'intérieure flandrienne, 25 ans, a planté 23 unités (6 rebonds).

Les Belgian Cats avaient entamé en effet cette demi-finale face aux Américaines sans complexe. Sur la lancée de son match de la veille, Julie Allemand à trois points pour le premier panier et 4 assists sur les 7 premières minutes avait donné le ton. La défense belge était bien en place face aux géantes US et Kyara Linskens abattait comme la veille face à Gruda un énorme boulot dans un secteur intérieur disproportionné sur papier. Pour la première fois aussi dans cette Coupe du monde, les USA avaient entamé leur partie de façon sérieuse pour mener 9-14 sur une bombe de Diana Taurasi et les coups de Breanna Stewart, la MVP de la WNBA.

Loin de se laisser décontenancer, les Belgian Cats repartaient de plus belle avec cette fois Julie Vanloo à l'assist et à trois points (2x). Emma Meesseman en rajoutait une couche (26-21, 10e). Enfiler 26 points aux Etats-Unis dans un quart temps cela n'a pu du arriver souvent.

Diana Taurasi voulait siffler la fin de la récré (26-27) d'entrée de 2e quart, mais Kim Mestdagh gardait cap (28-27, 12e). Le retour de Julie Allemand sur le parquet faisait de bien aux Belges pour canaliser les émotions. Sur un nouvel assist de la Liégeoise, Antonia Delaere faisait 31-27, Elena Delle Donne (10 pts à la pause) revenait à la charge, à qui Julie Allemand encore donnait change (33-33, 16e)

Le débat physique pesait de plus en plus dans lequel Philip Mestdagh prenait soin de ne pas lancer Ann Wauters. Hanne Mestdagh répondait à Delle Donne à trois points (36-36, 19e). La Belgique passait à 39-40 à la mi-temps tenant plus que bien le choc avec les championnes olympiques et championnes du monde.

Obligées de hausser le ton, les Américaines plantaient à longue distance à quatre reprises en deux minutes pour recommencer la deuxième période, mais Linskens, Kim Mestdagh et Emma Meesseman, toutes les trois servies par Julie Allemand tenaient toujours le choc (50-52).

Emma Meesseman de retour au meilleur de sa forme égalisait même à 52 partout à la 25e. Ce n'est qu'à la fin du 3e quart que l'élastique commençait à se détendre. Philip Mestdagh tentait alors le coup avec Ann Wauters à 52-58 et 16 minutes à jouer. Le gros bras de fer face à l'ogre américain prenait tournure d'autant que plusieurs Belges s'essoufflaient d'une pièce (53-63, 18e puis 57-73 à la demi-heure).

Le dernier quart devenait difficile pour les organismes d'autant que les pensées étaient déjà tournées vers le match pour la 3e place dimanche. Score final: 77-93.