La Belgique a obtenu officiellement son billet pour sa deuxième Coupe du monde consécutive de basket féminin. Les Belgian Cats, 6e mondiales, ont pris le meilleur sur la Russie (FIBA 12) 66-43 (mi-temps 41-27), dimanche à Saint-Domingue en République dominicaine. Il s'agissait du troisième et dernier match des filles de Valéry Demory dans le tournoi de qualification (groupe A) disputé à Washington et à Saint-Domingue. Les scores des quarts-temps furent les suivants : 22-12, 19-15, 12-9, 13-7.

Fortes de leur victoire et surtout de leur écart de 33 points (98-65) face à Porto Rico, les Belges pouvaient se permettre de s'incliner par un écart de 32 points face aux Russes sans compromettre pour autant leur qualification. Les trois premières équipes de ce groupe étaient assurées de se rendre du 22 septembre au 1er octobre à Sydney où se jouera la phase finale. Les Américaines étaient dès avant le tournoi certaines de se rendre en Australie en tant que championnes olympiques. Leur victoire sur la Belgique 84-75 ne changeait donc rien.

Les Cats, qui alignaient leur cinq de base désormais traditionnel (Allemand, Delaere, Lisowa, Meesseman et Linskens), ont bien entamé la rencontre. Elles menaient 7-2 après 5 minutes, grâce à une défense bien en place et une attaque qui a régulièrement pris de vitesse les Russes. Très motivée face à des joueuses qu'elle connaît bien, Emma Meesseman alignait 9 points dans le premier quart qui se terminait sur un avantage de 10 points (22-12). Les Russes réagirent bien alors que les Belges perdaient un peu d'adresse au tir au début de la deuxième période si bien qu'après 15 minutes, le marquoir indiquait 26-21. Un temps-mort belge remettait les Cats sur la bonne voie. Une interception de Julie Allemand, puis un 3 points de Meesseman redonnaient dix points d'avance à la 16e (31-21). De quoi ensuite rejoindre la pause avec un bonus de 14 points (41-27).

À la reprise, les défenses se resserrèrent. Si les Russes privèrent les Cats d'espace pour courir, elles ne trouvèrent pas non plus de solution dans le jeu intérieur et comme leur réussite n'était pas au rendez-vous à l'extérieur elles ne réussirent que très peu de points (16 au total dans les vingt dernières minutes). Si bien que la Belgique porta son avance à 18 points (49-31) pour aborder les dix dernières minutes avec un viatique de +17 (53-36). Maîtresses du jeu dans tous les secteurs et notamment tactique - après avoir été dominées au rebond avant la pause (16-21) les Belges dominèrent après la pause sous les anneaux (29-15) - elles portèrent leur avance à 23 points (59-36) et purent gérer la fin de rencontre sans trembler face à des Russes impuissantes.

Emma Meesseman a terminé meilleure réalisatrice du match avec 20 points, 4 rebonds et 4 assists. Kyara Linskens a ajouté 14 points, 6 rebonds, 3 assists et Julie Allemand 13 points, 6 assists et 6 rebonds. Après leur 4e place à Tenerife lors de leur première Coupe du monde en 2018 et leur 7e place à Tokyo dans leurs premiers Jeux Olympiques l'été dernier, les Belgian Cats disputeront leur troisième tournoi mondial consécutif à l'automne prochain aux antipodes où ce sera le début du printemps. Outre la Belgique, les États-Unis, l'Australie, la Chine, la Serbie, la Corée du Sud, le Canada, le Japon, la Bosnie-Herzégovine, le Nigeria et la France ont obtenu leur billet. La dernière place se jouera lundi à Saint-Domingue entre la Russie et Porto Rico.

La Belgique a obtenu officiellement son billet pour sa deuxième Coupe du monde consécutive de basket féminin. Les Belgian Cats, 6e mondiales, ont pris le meilleur sur la Russie (FIBA 12) 66-43 (mi-temps 41-27), dimanche à Saint-Domingue en République dominicaine. Il s'agissait du troisième et dernier match des filles de Valéry Demory dans le tournoi de qualification (groupe A) disputé à Washington et à Saint-Domingue. Les scores des quarts-temps furent les suivants : 22-12, 19-15, 12-9, 13-7. Fortes de leur victoire et surtout de leur écart de 33 points (98-65) face à Porto Rico, les Belges pouvaient se permettre de s'incliner par un écart de 32 points face aux Russes sans compromettre pour autant leur qualification. Les trois premières équipes de ce groupe étaient assurées de se rendre du 22 septembre au 1er octobre à Sydney où se jouera la phase finale. Les Américaines étaient dès avant le tournoi certaines de se rendre en Australie en tant que championnes olympiques. Leur victoire sur la Belgique 84-75 ne changeait donc rien. Les Cats, qui alignaient leur cinq de base désormais traditionnel (Allemand, Delaere, Lisowa, Meesseman et Linskens), ont bien entamé la rencontre. Elles menaient 7-2 après 5 minutes, grâce à une défense bien en place et une attaque qui a régulièrement pris de vitesse les Russes. Très motivée face à des joueuses qu'elle connaît bien, Emma Meesseman alignait 9 points dans le premier quart qui se terminait sur un avantage de 10 points (22-12). Les Russes réagirent bien alors que les Belges perdaient un peu d'adresse au tir au début de la deuxième période si bien qu'après 15 minutes, le marquoir indiquait 26-21. Un temps-mort belge remettait les Cats sur la bonne voie. Une interception de Julie Allemand, puis un 3 points de Meesseman redonnaient dix points d'avance à la 16e (31-21). De quoi ensuite rejoindre la pause avec un bonus de 14 points (41-27). À la reprise, les défenses se resserrèrent. Si les Russes privèrent les Cats d'espace pour courir, elles ne trouvèrent pas non plus de solution dans le jeu intérieur et comme leur réussite n'était pas au rendez-vous à l'extérieur elles ne réussirent que très peu de points (16 au total dans les vingt dernières minutes). Si bien que la Belgique porta son avance à 18 points (49-31) pour aborder les dix dernières minutes avec un viatique de +17 (53-36). Maîtresses du jeu dans tous les secteurs et notamment tactique - après avoir été dominées au rebond avant la pause (16-21) les Belges dominèrent après la pause sous les anneaux (29-15) - elles portèrent leur avance à 23 points (59-36) et purent gérer la fin de rencontre sans trembler face à des Russes impuissantes. Emma Meesseman a terminé meilleure réalisatrice du match avec 20 points, 4 rebonds et 4 assists. Kyara Linskens a ajouté 14 points, 6 rebonds, 3 assists et Julie Allemand 13 points, 6 assists et 6 rebonds. Après leur 4e place à Tenerife lors de leur première Coupe du monde en 2018 et leur 7e place à Tokyo dans leurs premiers Jeux Olympiques l'été dernier, les Belgian Cats disputeront leur troisième tournoi mondial consécutif à l'automne prochain aux antipodes où ce sera le début du printemps. Outre la Belgique, les États-Unis, l'Australie, la Chine, la Serbie, la Corée du Sud, le Canada, le Japon, la Bosnie-Herzégovine, le Nigeria et la France ont obtenu leur billet. La dernière place se jouera lundi à Saint-Domingue entre la Russie et Porto Rico.