Les vêtements que porteront les Sud-Coréens à l'entraînement, ainsi que les uniformes qui seront revêtus pour les cérémonies d'ouverture et de clôture, seront très couvrants. De même, ils seront imprégnés de répulsif anti-moustique, a expliqué une porte-parole du comité. Pendant les compétitions, les athlètes arboreront les mêmes tenues qu'à l'ordinaire en raison de la règlementation très stricte des JO, a-t-elle ajouté.

"Mais nous allons distribuer du répulsif en spray à nos athlètes et allons les vacciner contre d'autres maladies qui peuvent être transmises par les moustiques au cas où".

L'équipe de Corée du Sud ambitionne de remporter dix médailles d'or à Rio et figurer parmi les dix premiers au tableau des médailles.

Les autorités locales espèrent une diminution des cas pendant la période des JO qui correspond à la saison sèche. Le Brésil est l'épicentre de l'épidémie de Zika. Plus d'1,5 million de Brésiliens ont déjà été contaminés. Le virus, qui s'est propagé au Brésil, en Colombie et dans les Caraïbes depuis fin 2014 essentiellement via des moustiques Aedes aegypti, provoque une infection bénigne dans la majorité des cas.

Les vêtements que porteront les Sud-Coréens à l'entraînement, ainsi que les uniformes qui seront revêtus pour les cérémonies d'ouverture et de clôture, seront très couvrants. De même, ils seront imprégnés de répulsif anti-moustique, a expliqué une porte-parole du comité. Pendant les compétitions, les athlètes arboreront les mêmes tenues qu'à l'ordinaire en raison de la règlementation très stricte des JO, a-t-elle ajouté."Mais nous allons distribuer du répulsif en spray à nos athlètes et allons les vacciner contre d'autres maladies qui peuvent être transmises par les moustiques au cas où".L'équipe de Corée du Sud ambitionne de remporter dix médailles d'or à Rio et figurer parmi les dix premiers au tableau des médailles.Les autorités locales espèrent une diminution des cas pendant la période des JO qui correspond à la saison sèche. Le Brésil est l'épicentre de l'épidémie de Zika. Plus d'1,5 million de Brésiliens ont déjà été contaminés. Le virus, qui s'est propagé au Brésil, en Colombie et dans les Caraïbes depuis fin 2014 essentiellement via des moustiques Aedes aegypti, provoque une infection bénigne dans la majorité des cas.